21 décembre 2020 — Les anciennes fêtes « païennes » (le nom de Noël est aussi païen), ont été, au fil des siècles reprises et rebaptisées par la religion. Les Druides antiques célébraient les 4 grandes fêtes Samhain, Imbolc, Beltane et Lughnasath. Si nous n’avons pas de trace de rituels religieux aux équinoxes et aux solstices pour les Druides, pour certains ces fêtes – qui célèbrent la Nature – sont des moments de passage et de transformation au sein de la roue de l’année. Nous allons faire la liste des noms des célébrations du cycle annuel des saisons dans l’ancienne religion païenne, la Wicca. Elle commence à Samhain qui marque la fin de la saison lumineuse et le début de la saison sombre qui durera 6 mois. Cette roue de l’année et ses fêtes seraient inspirées par le cycle solaire et le rythme de la nature. Elle comporte 13 lunes et 8 fêtes, nommés sabbats : les sabbats majeurs (anciennes fêtes celtes) et les sabbats mineurs qui correspondent aux solstices et aux équinoxes. Les 8 célébrations sont basées sur les fêtes celtiques et germaniques préchrétiennes.

Samhain, le 31 octobre

Samhain (également connu sous le nom de « Halloween ») est le festin duquel la Terre-Mère se retire. Ce festival qui marque le début de « l’Année noire » est une célébration de la mort mais aussi un espoir de vie nouvelle. Cette période demande le retour en soi et l’introspection.

Yul entre le 21 et le 23 décembre (Solstice d’Hiver)

Dans le druidisme : Alban Arthan la lumière d’Arthur (solstice d’hiver : 21 décembre)

Jul est la fête païenne la plus importante de la roue de l’année car alors, tout se termine et tout recommence. Cette nuit de décembre est la plus longue de l’année. Le retour de la lumière et de la vie est alors célébré, Jul étant l’anniversaire du dieu soleil et le jour de la victoire de la lumière sur l’obscurité. Jul, en germanique (yule en anglais) est le festival de l’hiver et des premiers jours de l’année qui seront synonyme du retour de la lumière et de la chaleur. D’ailleurs, c’est pour cela qu’on trouve beaucoup de bougies lors de cette célébration. Symboliquement, l’arbre de lumière à feuilles persistantes est l’arbre du monde qui désormais, brille.  La tradition voudrait que toutes les lumières soient éteintes puis rallumées à Noël. Les lieux de vie, les cours et les jardins devraient être purifiés avec de l’encens.

Imbolc le 2 février

Imbolc, la première nuit du printemps, célèbre aussi le passage entre la renaissance de la lumière et manifestation de la vie. Est ainsi fêté le réveil du soleil comme la promesse d’une nouvelle vie. Imbolc est le début du printemps alors, des torches et des bougies sont utilisées pour célébrer le retour de la lumière. Imbolc est la déesse de la nouvelle lumière, des sources ainsi que de la poésie, comme la déesse celtique Brigid.

Ostara entre le 19 et le 22 mars (équinoxe de printemps)

Dans le druidisme : Alban Eilir la lumière de la Terre

Ce jour est dédié à la déesse de la jeune lumière et de la vie : Ostara. C’est le retour de la vie. Est alors célébré la renaissance de mère nature et ce qu’elle nous donne comme pouvoir après son sommeil d’hiver.

Beltane/ Beltaine 1er mai

Beltane qui signifie « feu ardent » est le festival du printemps et de la fertilité. Il symbolise toutes les transitions de la mythologie irlandaise (terre / eau, terre / air, saisons). C’est la transition entre le printemps et l’été et, un festival de purification ainsi que de fertilité. C’est un temps de maturité, de force et la reconnexion de notre propre pouvoir créateur à nos « étincelles divines ».

Litha entre le 19 et le 23 juin (solstice d’été)

Dans le druidisme : Alban Hefin la lumière du rivage (solstice d’été : 21 juin)

Le solstice d’été, est célébré en étant lucide sur le fait que dans le cycle de l’être, la redescente suivra. Dans la tradition celtique, Alban Hefin est le milieu de l’été. Il est dédié aux divinités mères.

Lughnasa/ Lugnasath le 1er août 

Lughnasa est le 1er des 3 festivals celtique de la récolte (avec Litha et Samhain). Avec Lughnasa commence l’automne. Ce nom celtique provient de Lugh, un fils de Dagda avec la géante Ethlinn.

Mabon entre le 21 et le 24 septembre (équinoxe d’Automne)

Dans le druidisme : Alban Elfed la lumière de l’eau

Après que les récoltes aient bien été entamées, à Mabon, festival d’automne, commence la période calme de l’année quand les nuits deviennent plus longues que les jours. C’est une période de rassemblement et d’intériorisation pendant laquelle, dans tout domaine, des bases peuvent être envisagées pour le printemps. Dans la tradition celtique, « Alban Elfed » est dédié à l’enfant divin Mabon qui descend dans le monde souterrain et renaît, comme le grec Dionysos.

LE WICCANISME

Le Wiccanisme, mouvement religieux basé sur l’« Ancienne Religion païenne » inclut le chamanisme, le druidisme et les mythologies. Les adeptes, les Wiccans, respectent et honorent la nature. Ils sont souvent voués à certains dieux comme Hécate, déesse de la magie et de la lune ou comme Gaïa, déesse de la nature.

Le terme « wicca » a été créé par Gerald Brousseau Gardner au xxe siècle. Il attestait qu’il signifiait « sagesse » en vieil anglais. Wicca serait en réalité le masculin de sorcier (le féminin étant wicce et son pluriel Wiccan). Le verbe wiccian signifie « pratiquer la magie » ou « ensorceler, ». L’ethnologue Margaret Murray précisait dans le chapitre sur la sorcellerie de l’Encyclopaedia Britannica (édition de 1957): « La signification du terme sorcière (witch) est liée à celle du mot savoir (wit) ». En allemand, « wissen » veut dire « savoir ».

L’UNIVERS CELTIQUE

Mara Freedman, celtisante pratiquante aime faire découvrir le monde celtique, mois par mois et fête par fête mais aussi les dieux et les déesses, les saints, les fées, la musique et la poésie qui sont les joyaux de cette tradition magique. Pour en savoir plus sur les fêtes celtes, vous pouvez vous procurer le livre « Vivre la Tradition Celtique au fil des saisons » de Mara Freeman (éditions Guy Trédaniel).

Voici également une émission qui pourrait vous intéresser : « La face cachée d’un chaman urbain » avec Arnaud Riou (réservée au abonnés de btlv.fr)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV