fbpx

(TRANSHUMANISME) Accepteriez-vous de prendre la pilule de l’immortalité ?

10 juin 2021 —  D’après les dernière études on pourrait vivre dans les prochaines décennies  jusqu’à 150 ans. Il est évident que chacun d’entre-nous souhaite mourir en bonne santé, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas. Si vous aviez la possibilité de prendre la pilule de l’immortalité est-ce vous sauteriez le pas ou bien comme Woody Allen vous penseriez : l’éternité c’est long, surtout vers la fin.

Des scientifiques de l’Université du Texas ont mené une enquête et ont découvert combien d’Américains aimeraient vivre éternellement. Il ont fait un sondage qui a montré que finalement que peu d’adultes américains aimeraient vivre éternellement.

Selon une étude publiée dans le  Journal of Aging Studies , seuls 33% des Américains interrogés ont répondu par l’affirmative lorsqu’on leur a demandé s’ils voulaient prendre une pilule qui leur permettrait de vivre éternellement en restant  à leur âge actuel. « Non » ont répondu 42% , et les 25% »ont eu du mal à répondre ».

À QUEL  ÂGE VOULEZ-VOUS VIVRE L’ÉTERNITÉ?

Selon Futurism , les sondés étaient répartis en trois groupes d’âge : les jeunes entre 18 et 29 ans, les personnes âgées avec une moyenne de 72 ans et un troisième groupe  encore plus âgée avec une moyenne de 88 ans. Dans chacun des groupes, la plupart des gens ont répondu qu’ils ne voulaient pas vivre éternellement. Cependant, il y avait des différences entre les groupes les plus jeunes et les plus âgés, surtout  à quel âge il voulait que le compteur soit bloqué. Le groupe plus jeune a choisi l’âge de 23 ans et le groupe plus âgé a préféré  42 ans.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ASTRONOMIE) Une étoile clignote au centre de notre galaxie

14 juin 2021 – A première vue, on pourrait penser que le phénomène n’a rien de véritablement inédit, et a déjà été répertorié à plusieurs reprises ; en effet, des étoiles dont la luminosité varie, cela existe et ce n’est plus tout à fait une nouveauté.

Pourtant une étoile en particulier, baptisée “VVV-WIT-08”, par les astronomes ne ressemble pas à ces premiers cas déjà recensés. Ce mystérieux astre à été repéré par des chercheurs de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, en étudiant les données enregistrées par le télescope Vista, de l’Observatoire européen austral (ESO), basé au Chili. D’ailleurs, ce télescope sert spécifiquement à observer près d’un milliard d’étoiles, dans le but d’y repérer d’éventuelles variations de luminosité. « Parfois, nous trouvons des étoiles variables qui n’entrent dans aucune catégorie établie. Nous les surnommons les objets “WIT” », explique, dans un communiqué, Philip Lucas qui est chercheur à l’Université d’Hertfordshire, au  Royaume-Uni.

Et pour cause, les astronomes ont observé la luminosité de l’étoile VVV-WIT-08 diminué de 97% pourcent ! Une quasi disparition, mais de courte durée, puisque quelques semaines plus tard, l’étoile réapparaissait, aussi brillante que d’habitude.

UNE NOUVELLE CLASSE D’ÉTOILES

Pour tenter d’expliquer cette perte de luminosité brutale et soudaine, de l’étoile VVV-WIT-08, les scientifiques ont étudié plusieurs pistes…

A partir de ces hypothèses, les scientifiques ont tout d’abord pensé qu’un objet sombre avait pu passer devant l’étoile, bloquant ainsi les rayons émis par VVV-WIT-08 ; une piste appuyée par le fait que l’astre se trouve dans une région assez dense de notre galaxie, au centre de la Voie lactée.

Une première théorie mise à l’écart par la suite, lorsque des simulations ont permis aux chercheurs de s’apercevoir qu’il faudrait que le nombre d’objets volants au sein de notre galaxie soit bien plus important, afin d’en arriver à un tel résultat.

Désormais, les scientifiques s’intéressent à une nouvelle, qu’ils jugent plus probable. Pour eux, VVV-WIT-08 appartient certainement à une nouvelle classe, parmi le système des étoiles binaires une nouvelle catégorie désormais désignés comme “géantes clignotantes”.

Selon les chercheurs ces nouvelles géantes clignotantes sont donc des étoiles géantes, en moyenne 100 fois plus grande que notre Soleil, mais qui malgré leurs tailles, se font tout de même éclipser de temps en temps, environ une fois sur plusieurs décennies, par un autre astre pour le moment indéterminé. Il pourrait aussi bien s’agir d’une seconde étoile, que d’une planète dont le disque opaque parviendrait à éclipser des géantes clignotantes, comme VVV-WIT-08.

Samuel Agutter (rédaction bltv.fr)

2021-06-10T14:58:23+02:0010 juin 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser