fbpx

(TRANSHUMANISME) Accepteriez-vous de prendre la pilule de l’immortalité ?

10 juin 2021 —  D’après les dernière études on pourrait vivre dans les prochaines décennies  jusqu’à 150 ans. Il est évident que chacun d’entre-nous souhaite mourir en bonne santé, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas. Si vous aviez la possibilité de prendre la pilule de l’immortalité est-ce vous sauteriez le pas ou bien comme Woody Allen vous penseriez : l’éternité c’est long, surtout vers la fin.

Des scientifiques de l’Université du Texas ont mené une enquête et ont découvert combien d’Américains aimeraient vivre éternellement. Il ont fait un sondage qui a montré que finalement que peu d’adultes américains aimeraient vivre éternellement.

Selon une étude publiée dans le  Journal of Aging Studies , seuls 33% des Américains interrogés ont répondu par l’affirmative lorsqu’on leur a demandé s’ils voulaient prendre une pilule qui leur permettrait de vivre éternellement en restant  à leur âge actuel. « Non » ont répondu 42% , et les 25% »ont eu du mal à répondre ».

À QUEL  ÂGE VOULEZ-VOUS VIVRE L’ÉTERNITÉ?

Selon Futurism , les sondés étaient répartis en trois groupes d’âge : les jeunes entre 18 et 29 ans, les personnes âgées avec une moyenne de 72 ans et un troisième groupe  encore plus âgée avec une moyenne de 88 ans. Dans chacun des groupes, la plupart des gens ont répondu qu’ils ne voulaient pas vivre éternellement. Cependant, il y avait des différences entre les groupes les plus jeunes et les plus âgés, surtout  à quel âge il voulait que le compteur soit bloqué. Le groupe plus jeune a choisi l’âge de 23 ans et le groupe plus âgé a préféré  42 ans.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-06-10T14:58:23+02:0010 juin 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser