Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

28 juin 2020 — Une nouvelle découverte et un nouveau mystère dans l’univers. Mais quelle est sa nature ? » C’est la grande question que se posent les astronomes après la découverte d’un objet céleste, situé à 800 millions d’années-lumière.

Celui-ci a été détecté grâce aux ondes gravitationnelles. « Une fois de plus, l’observation des ondes gravitationnelles révèle l’inconnu. L’objet le plus léger de ce système a une masse qui n’a jamais été observée auparavant », a déclaré Giovanni Losurdo, de l’Institut national de physique nucléaire italien et porte-parole de la LIGO Scientific Collaboration (LSC), dans un communiqué. D’une masse comprise entre le plus petit trou noir et la plus grosse étoile à neutrons, la nature de cet objet reste un mystère pour les astronomes.

UNE PRÉDICTION D’EINSTEIN

La première observation directe de ces ondes  avait été prédite par  Albert Einstein dans sa théorie de la relativité générale.

Il avait fallu attendre septembre 2015 pour avoir la première observation directe de ces ondes, puis le 14 août 2019, des ondes gravitationnelles sont arrivées jusqu’aux détecteurs américainLigo et européen Virgo.

D’après une étude publiée dans The Astrophysical Journal Letters, ce nouveau signal détecté a été émis il y a environ 800 millions d’années-lumière, lorsque l’objet mystérieux a fusionné avec un trou noir. Depuis longtemps, les astronomes s’interrogent sur le manque d’observations d’objets compacts ayant des masses comprises entre 2,5 et 5 masses solaires, « une gamme de masses apparemment trop légères pour un trou noir et trop lourdes pour une étoile à neutrons ». Une « mystérieuse zone grise » dans laquelle ce nouvel objet vient se glisser.

François Deymier (btlv.fr/source The Astrophysical Journal Letters)