fbpx

VIE EXTRATERRESTRE: la découverte de phosphine est « l’événement le plus important » dans la recherche de la vie dans l’espace (chef de la NASA)

15 septembre 2020 — Depuis des décennies on cherchait des traces de vie sur Mars, et bien c’est du côté de Vénus que les premiers signes de vie extraterrestre sont peut-être décelés.

C’est la NASA qui vient de l’annoncer qualifié par son chef Jim Bridenstined’ »événement le plus important » dans la recherche de vie extraterrestre.

Cette découverte a été publiée dans la revue Nature Astronomy : c’est la première fois que l’on découvre ce composé dans l’une des quatre planètes telluriques de notre système solaire, « la Terre mise à part », selon Jane S. Greaves, professeure d’astronomie et autrice principale de l’article.

ON A TROUVÉ DE LA PHOSPHINE

Cet élément essentiel à la vie telle que l’on connait sur Terre est un composé inorganique du phosphore et de l’hydrogène de formule PH3.

Elle a été détectée par l’observation de l’atmosphère vénusienne à l’aide de deux radiotélescopes. Elle « pourrait provenir de processus inconnus de photochimie ou géochimie, ou, par analogie avec la production biologique de phosphine sur Terre, grâce à la présence de vie », explique l’étude.

La présence de phosphine, un composé hautement toxique, ne dépareille pas dans l’atmosphère infernale de la deuxième planète la plus proche du soleil. Connue aussi sous le nom d’étoile du Berger, son atmosphère de gaz carbonique, à 97 %, baigne dans une température de surface autour de 470 °C avec une pression plus de 90 fois plus grande que la nôtre.

Mais c’est dans l’épaisse couche de nuages hyper acides, nappant la planète jusqu’autour de 60 km d’altitude, que l’équipe de Jane Greaves suppose que les molécules de phosphine peuvent se trouver.

VÉNUS, UNE NOUVELLE PRIORITÉ

« Il est temps de donner la priorité à Vénus », a déclaré le patron de la NASA, alors que les missions de recherches de vie passée se concentrent aujourd’hui sur Mars, assaillie de sondes et de robots américains et autres.

Pour le professeur Alan Duffy, astronome à l’Université de Swinburne en Australie, la découverte est « l’un des signes les plus excitants que j’ai jamais vus de la présence possible de vie en dehors de la Terre ».

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

CHINE : Découverte de deux petits dinosaures « endormis » d’une espèce inconnue

20 septembre 2020 – Deux petits dinosaures ont été découverts dans la province de Liaoning en Chine par des paléontologues. Ces derniers n’appartiennent à aucune espèce connue à ce jour et auraient été enterrés dans leur sommeil.

C’est une éruption volcanique qui aurait piégé ces deux dinosaures de petite taille dans leur terrier, les enterrant vivants, à l’image des habitants de Pompéi plusieurs siècles plus tard.

ESPÈCE NON RÉPERTORIÉE

Ces deux dinosaures font 1,10 mètre de long chacun et ne sont assimilables à aucune espèce connue des paléontologues jusqu’à aujourd’hui. Leurs fossiles ont été découverts par des agriculteurs de la région de Liaoning qui était déjà connue pour ses nombreux fossiles de dinosaures en parfait état.

Ils étaient munis de pattes arrière qui leur permettaient de se déplacer « debout » et même de courir, de même qu’une longue queue qui les stabilisait. À l’analyse de leur morphologie, il est apparu qu’ils pouvaient également creuser des terriers. C’est d’ailleurs dans l’un de ces terriers qu’ils ont été découverts.

Puisque l’espèce était inconnue, il a bien fallu la nommer. C’est ainsi que ces deux dinosaures sont devenus les deux premiers représentants de l’espèce des Changmiania liaoningensis, ce qui signifie « dormeur éternel du Liaoning ». Il semblerait à première vue que ces dinosaures aient été des ornithopodes précoces de la branche des ornithischiens qui vivaient il y a 65 à 200 millions d’années.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

2020-09-15T12:25:27+02:0015 septembre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser