Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

13 juillet 2020 – Après l’Homme sur la lune, bientôt l’Homme sur Mars. Pourtant la soif de connaissance typique de l’espèce humaine ne semble pas assouvie, même momentanément. La preuve ? Une sonde devrait être envoyée prochainement à la conquête de la planète Vénus. Son nom : Veritas.

Depuis toujours, l’Homme regarde le ciel. En 1969, celui-ci a réussi à poser le pied sur la Lune et, aux vues des avancées techniques et scientifiques, ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne se rende sur Mars. Mais il existe une planète de notre système solaire qui attise la curiosité de la communauté scientifique, une jumelle de notre planète Terre qui a cependant évolué différemment : Vénus.

DE FAUSSES JUMELLES

Si la Terre et Vénus ont pu beaucoup se ressembler fut un temps, ce n’est aujourd’hui plus le cas. Notre planète est surnommée «Planète Bleue» en référence aux océans et mers à sa surface. En revanche, notre cousine est qualifiée «d’enfer volcanique» dépourvu d’eau.

Ces informations nous parviennent grâce à la sonde Magelan envoyée dans l’orbite vénusienne en 1989 par la NASA. Si l’on sait que la planète est volcanique, on ignore si celui-ci est toujours en activité. Elle nous a également appris que la planète était relativement jeune – en témoigne le faible taux de cratère à sa surface – et aurait un peu moins d’un milliard d’années.

À la fin des années 2000, début des années 2010, une seconde sonde a pris le relais de Magelan dont la mission s’est terminée en 1994. Vénus express, c’est son nom, à suggéré à son tour qu’une forme de volcanisme actif était toujours en cours.

IN VENUS VERITAS

Ces questions demeurent en suspens, ce qui n’est pas pour satisfaire la communauté scientifique. La seule solution pour trouver des réponses, c’est de renvoyer une sonde pour effectuer plus de recherches sur place. La NASA s’est intéressée de près à la question en se penchant sur le projet Venus Emissivity, Radio Science, InSAR, Topography & Spectroscopy, aka Veritas.

La mission de Veritas serait multiple : cartographier la surface de la planète avec un radar HD et relever la topographie des champs de gravité afin d’avoir une idée plus précise de ce qui se passe à la surface, mais aussi à l’intérieur de la planète. On ignore toujours, par exemple, si cette planète possède des plaques tectoniques à l’instar de la planète bleue. Veritas devrait également nous en apprendre plus sur la composition du sol vénusien, afin de confirmer dans un premier temps qu’il s’agit bien d’un sol volcanique. Elle nous donnera également plus d’informations sur les tesserae, des régions d’aspect carrelées qui ressortent en brillant sur les images de Magelan. Ces régions peuvent atteindre plusieurs mètres d’altitude et font penser aux chercheurs qu’il pourrait s’agir de continents.

Mais tout ceci ne relève pour le moment encore que du projet. Celui-ci devra être sélectionné dans le cadre du programme Discovery de la NASA avant de pouvoir être construit et envoyé vers Vénus, tout cela pas avant 2026. Il faudra donc attendre encore un peu avant de voir Veritas en orbite autour de l’étoile du berger.

Margaux Naudin (Rédaction btlv.fr / source NASA)