Découvrez gratuitement le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

29 novembre 2019 — Qui n’a jamais rêvé de se déplacer à la vitesse de la lumière dans un vaisseau interstellaire ? Avec le moteur hélicoïdal pouvant propulser un engin spatial à 99 % de la vitesse de la lumière soit, presque 300 000 km à la seconde, le trajet Terre-Mars durerait une dizaine de minutes.

Le temps pour atteindre une exoplanète serait encore bien sûr de quelques années-lumière, mais le jeu en vaut la chandelle pour les voyages spatiaux d’exploration. La technique a été développée dans l’Alabamaau Marshall Space Flight Center par le docteurDavid Burns, ingénieur à la NASA.

Il explique qu’à l’accoutumée un moteur fonctionne avec un carburant pour provoquer une poussée. David Burns s’est affranchi du principe d’action-réaction.

Comme dans un accélérateur de particules, avec des ions qui tournent très rapidement et en leur faisant changer de masse alternativement en fonction de la direction du déplacement voulue le tour est joué.

D’autant que la matière prend de la masse en s’approchant de plus en plus de la vitesse de la lumière.

La boucle est bouclée pour atteindre une vitesse inégalée à ce jour.

Thierry Penin (btlv.fr/source AFP)