Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je rejoins BTLV

10 mai 2020 — On le sait il y a 100 millions d’années, la Terre était le terrain de jeux des grands dinosaures. Au sol comme dans les airs, les paléontologues nous assurent que la Sahara était un des endroits les plus dangereux de la planète. Une certitude pour les scientifiques qui ont étudié une région qui longe la frontière du Maroc et de l’Algérie. Baptisée Kem Kem, cette immense dalle couronnée de calcaire massif datant du crétacé supérieur fournit depuis des dizaines d’années de très nombreux fossiles. Et c’est dans la revue Zookeys que l’on a appris la nouvelle. Le but des chercheurs est de proposer “l’ouvrage le plus complet sur les vertébrés fossiles du Sahara depuis près d’un siècle. Et c’est après avoir rassemblé et classé toutes les informations, que les scientifiques en ont conclu que la zone en question était l’une des plus dangereuse il y a 100 millions d’années. Les reptiles volants ou encore les grands carnivores y régnaient en maîtres. Les fouilles ont révélé la présence du Carcharodontosaurus et du Deltadromeus, deux théropodes pouvant atteindre huit mètres de long mais aussi celle du célèbre Spinosaure mis en scène dans le film Jurassic Park III. Retrouvés également, les fossiles de crocodiliens et de ptérosaure(ndlr : reptiles volants). Immenses, les restes de Siroccopteryxmoroccensis et de Coloborhynchusfluviferox (6 m d’envergure) font aussi partis des fossiles retrouvés.

UNE RÉGION BIEN DIFFÉRENTE

Si aujourd’hui le Sahara est hostile par son aridité, il y a 100 millions d’années, ces grands animaux qui peuplaient la région pouvaient jouir d’un vaste réseau fluvial. Toutefois, comme le souligne Nizar Ibrahim, de l’Université de Detroit Mercy et principal auteur de l’étude“Le Sahara il y a 100 millions d’années était sans doute l’endroit le plus dangereux de toute l’Histoire de la planète Terre. Un lieu très hostile où aucun voyageur temporel humain ne pourrait survivre très longtemps“.

Bob Bellanca (source iflscience.com)