Découvrez le premier site (Vidéo / Audio / Actu) consacré aux mystères de l'espace et de l'univers

Regardez et écoutez BTLV gratuitement et sans engagement pendant 7 jours
+3000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

12 février 2019 —Voyager hors de notre système solaire, c’est pour le moment impossible. La raison, ce sont les limites imposées par la relativité restreinte, en effet les systèmes stellaires les plus proches pourraient prendre des milliers d’années.

Des chercheurs ont calculé que pour arriver à Alpha du Centaure, il faudrait à un vaisseau de 19 000 à 81 000 ans, avec nos technologies actuelles.

Les théoriciens ont imaginé que, pour parcourir l’univers, il faudrait construire des vaisseaux spatiaux dits générationnels.

Un tel vaisseau devrait être gigantesque, selon une nouvelle étude, dirigée par Frédéric Marin de l’Observatoire astronomique de Strasbourg et par Camille Beluffi, physicienne des particules de la start-up scientifique Casc4de. Ces derniers ont été rejoints par Rhys Taylor de l’Institut d’astronomie de l’Académie tchèque des sciences, ainsi que par Loïc Grau de la société d’ingénierie en structures Morphosense.

Cette étude est la dernière d’une série d’études menée par Marin et Beluffi, qui traitent des défis liés à l’envoi d’un vaisseau spatial multigénérationnel vers un autre système stellaire.

Les chercheurs ont pu effectuer ces calculs grâce à un logiciel de code numérique développé par Marin lui-même, appelé « HERITAGE ».

Puis, à partir de leur analyse, les scientifiques ont déterminé qu’il faudrait au moins 98 personnes pour accomplir une telle mission multigénérationnelle vers un autre système stellaire, sans risque de troubles génétiques ni d’autres effets négatifs associés aux mariages mixtes.

QUELLE TAILLE POUR LE VAISSEAU ?

La question de l’espace de vie dans les vaisseaux pour une centaine de personnes est primordiale. Les chercheurs ont, à nouveau, utilisé le logiciel HERITAGE. Comme ils l’indiquent dans leur étude, le logiciel « rend compte des caractéristiques biologiques dépendant de l’âge, telles que la taille et le poids, et des caractéristiques liées au nombre variable de colons, telles que les taux d’infertilité, de grossesse et de fausse couche ». L’équipe de recherche a également pris en compte les besoins caloriques de l’équipage, dans le but de calculer la quantité de nourriture qu’il faudrait produire par an.

Comme le remarquent les chercheurs, ces valeurs fournissent également certaines contraintes architecturales quant à la taille minimale du vaisseau lui-même.En supposant que le vaisseau spatial ait été conçu pour générer une gravité artificielle par la force centripète (c’est-à-dire un cylindre en rotation), il faudrait un minimum d’environ 224 mètres de rayon et de 320 mètres de longueur.

François Deymier (rédaction btlv.fr/source arxiv.org)