Découvrez gratuitement le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

12 juillet  —  Depuis le début du mois de juillet, un événement programmé sur Facebook circule et fait le buzz. 
“Storm Area 51, They Can’t Stop All of Us ”, autrement dit, “Ils ne peuvent pas tous nous arrêter”, rassemble déjà plus de 400 000 personnes. L’objectif : entrer de force sur un site bien connu et mystérieux, la zone 51. 

UN SITE MYSTÉRIEUX

La « Zone 51 » se situe à environ 160 km de Las Vegas, dans le Nevada (nord-ouest des États-Unis). Il s’agit d’une base militaire dite secrète, où sont effectués des essais d’armes et d’avions.

Cette célèbre Zone 51 a été fondée dans les années 1950 par le président Truman. Elle est officiellement destinée à tester du matériel militaire de haute performance (armes technologiques avancées ou véhicules aériens sans pilote) à l’abri des regards.

Mais cette zone est surtout connue des théoriciens du complot, qui suggèrent des relations secrètes entre l’armée américaine et des extraterrestres. Nombreux films ou séries se sont inspirés de la Zone 51 et ont participé à faire du lieu un mythe célèbre qui attire les curieux.

UNE BLAGUE ?

Prévu pour le 20 septembre, on ne peut pas encore savoir si l’événement va effectivement avoir lieu.
S’agirait-il plutôt d’une blague qui a pris de l’ampleur ou d’un rassemblement sérieux et réel qui aura lieu ?

Cette manifestation fait écho à une affaire qui s’est produite en janvier dernier. Après s’être introduit sur la Zone 51 et parcouru plus de 13 km, un homme a été abattu par les militaires.
On comprend donc le choix du nom de l’événement, effectivement les participants pensent que plus ils seront nombreux, plus les militaires hésiteront à ouvrir le feu.

Rédaction btlv.fr (source Science Post)

Le mystère qui entoure la Zone 51 est un sujet déjà abordé sur btlv.fr. Lors d’une table ronde nous avions discuté du cas Roswell. A découvrir ci-dessous.

Pour retrouver l’intégralité de la vidéo, cliquez ici.