fbpx

(ZOOLOGIE) Les scientifiques ont montré que les chimpanzés ne sont pas encore entrés dans l’âge de pierre

21 juillet 2021 — Malin comme un singe, ce n’est peut-être pas si vrai que cela ! Les chercheurs ont décidé de découvrir si les chimpanzés peuvent apprendre à fabriquer des outils en pierre sans leur montrer le processus. Il s’est avéré que cette espèce de primates n’a pas pour le moment  une telle capacité – en d’autres termes, ils ne sont pas encore suffisamment développés pour entrer dans leur âge de pierre. L’étude a été publiée dans la revue Open Research Europe.

LHUMANITÉ ET L’ÂGE DE PIERRE

Nos lointains ancêtres ont commencé à créer des outils en pierre tranchants il y a au moins 2,6 millions d’années  au début de l’âge de pierre. Les outils se sont progressivement améliorés et ont finalement aidé l’homme à devenir l’espèce dominante sur la planète. Mais aujourd’hui, d’autres espèces de primates vivent à nos côtés – peuvent-ils créer des outils en pierre et les utiliser à leurs propres fins ?

Un groupe de chercheurs de l’Université de Tübingen et de l’Institut  Max Planck  voulait savoir si les chimpanzés – l’un des plus proches parents vivants de l’homme – ont la capacité de créer indépendamment des outils à partir de la pierre. Les scientifiques ont déjà montré que les grands singes sont capables de cela, s’ils sont préalablement entraînés.

Le déroulé de l’expérience

COPIER NEST PAS CRÉER

Dans de nouvelles expériences, des chimpanzés non entraînés ont reçu deux récipients scellés différents de nourriture visibles à travers du plexiglas. Il n’était possible de l’atteindre qu’à l’aide d’outils de pierre tranchants. Les animaux ont reçu plusieurs pierres – l’une devait devenir un outil, tandis que d’autres étaient destinées à l’aiguiser. Contrairement à toutes les études précédentes, les singes cobayes n’ont pas eu la possibilité d’apprendre à fabriquer de tels instruments par l’observation.

Mais malgré le fait que les chimpanzés ont montré de l’intérêt pour le conteneur et ont essayé par tous les moyens d’en tirer de la nourriture, ils n’ont pas utilisé de pierres pour créer des outils. En conséquence, les auteurs sont arrivés à la conclusion que ces singes n’ont pas la capacité spontanée de produire de tels instruments. Peut-être pourraient-ils apprendre à les fabriquer s’ils espionnaient des personnes, car créer des objets par eux-mêmes nécessite des compétences complètement différentes que de copier les activités des autres.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(INNOVATION) Airbus a dévoilé son nouveau taxi volant électrique

23 septembre 2021 – Airbus a récemment présenté son nouveau taxi volant électrique, le City Airbus NextGen. La société prévoit une commercialisation d’ici 2025.

Airbus a dévoilé son nouvel aéronef électrique à décollage et atterrissage vertical (evtol), ce 21 septembre à l’occasion d’un événement dédié à l’aviation durable organisé à Toulouse. Si l’entreprise respecte son planning, le premier vol aura lieu en 2023 tandis que la mise en circulation est prévue pour 2025. Le City Airbus NextGen sera doté de huit moteurs électriques, il  pourra transporter quatre passagers, il aura un niveau sonore compris entre 65 et 70 dbA et sa vitesse de croisière sera de 120 km/h. D’après Bruno Even, président d’Airbus Helicopters, ce taxi volant sera essentiellement conçu pour des liaisons urbaines. Cependant, l’usage de ce taxi volant nécessitera l’installation d’infrastructures spécifiques pour les différents trajets que le véhicule devra exécuter.

UN TAXI VOLANT URBAIN

Ce nouveau taxi volant a été conçu pour le milieu urbain. Airbus a donc mis en place un certain nombre de mesures pour en faire le taxi volant urbain idéal. La société a d’ailleurs indiqué avoir pris en compte un certain nombre de contraintes liées à l’environnement urbain dans lequel l’appareil pourrait évoluer à l’avenir. Comme par exemple le bruit que pourrait faire l’appareil à l’atterrissage. Le prototype a donc pour objectif de ne pas dépasser 65 dB en vol et 70 dB. À cela s’ajoute son côté écologique, puisque ce evtol produit zéro émission. C’est d’ailleurs la première fois qu’Airbus fait un véhicule qui n’émet aucune émission. Ce taxi volant pourra être utilisé  pour connecter deux points entre eux. Ça peut être un aéroport qui est connecté au centre-ville ou deux endroits distincts dans la ville qui peuvent être connectés. Ainsi, avec le City Airbus NextGen, les taxis volants français seront bientôt opérationnels.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-21T14:28:13+02:0021 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser