fbpx
x

(ZOOLOGIE) Pour la première fois des querelles entre chimpanzés et gorilles ont été observées dans la nature

23 juillet 2021 – Pour la première fois des attaques de coalitions de chimpanzés sur de petits groupes de gorilles ont été observées au Gabon ont été observés. Cette observation inédite a été faite par une équipe de l’Université d’Osnabrück et de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive de Leipzig.

Dans le parc national de Loango au Gabon où l’observation a été faite, les interactions entre gorilles et chimpanzés sont fréquentes, mais jusqu’à maintenant elle n’avait jamais été de nature violente. Au contraire, les primatologues avaient observé de nombreuses interactions que l’on pourrait qualifier comme étant amicales. Certains ont même été témoins d’interactions ludiques entre les deux espèces qui font tous deux partie de la famille des grands singes. En d’autres termes, cela montre que le climat entre les deux espèces s’est soudainement dégradé sans que l’on ne sache réellement pourquoi.

DES ATTAQUES POUR LE MOMENT INEXPLIQUÉES

Au total, deux attaques mortelles ont été observées, qui ont duré respectivement 52 et 79 minutes. Ces attaques se sont toutes déroulées de la même manière, des groupes de chimpanzés comptant jusqu’à 20 individus vont attaquer des petits groupes de gorilles qui seront dans les deux cas en infériorité numérique. Des attaques qui seront meurtrières puisque deux bébés gorilles mourront au cours de ses attaques. Les scientifiques ne connaissent pour l’instant pas les raisons de cette escalade de violence entre les deux espèces, mais soupçonnent fortement un conflit lié à un manque de nourriture. Une explication qui fait sens, car le réchauffement climatique a provoqué une chute de la quantité de fruits dans la forêt. On peut donc clairement craindre une augmentation de ce type d’affrontement.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉTRANGE) Un parasite mangeur de langue retrouvé dans la bouche d’un poisson

27 octobre 2021 – A l’heure ou notre santé n’a jamais autant fait la une de l’actualité, on craint de voir surgir de nouveaux virus. C’est ce qu’ont dû penser les travailleurs du parc d’État de Galveston Island au Texas qui ont récemment attrapé un poisson accueillant à son insu un parasite cauchemardesque qui avait dévoré et remplacé sa langue.

Postée sur les réseaux sociaux la semaine dernière, l’information mentionne qu’il s’agit en réalité d’un « poux mangeur de langue ». Selon les scientifiques qui ont étudié le phénomène, le parasite subsiste en pénétrant dans la bouche d’un poisson, en détachant la langue de l’animal et en remplaçant l’organe par lui-même. Le fameux « poux » passe alors le reste de ses jours à se nourrir du mucus de son hôte. 

Le plus dingue est que cette étrange relation parasitaire ne serait pas particulièrement nocive pour le poisson ni, heureusement, pour les humains qui pourraient finir par attraper et manger l’animal. Les mêmes scientifiques affirment que ce « poux mangeur de langue » est « le seul cas connu où un parasite peut remplacer fonctionnellement l’organe de son hôte ». La nature est parfois très bizarre et effrayante

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-07-23T17:14:18+02:0023 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser