21 septembre 2022 – Des archéologues ont révélé les vestiges d’une structure de l’âge de pierre datant d’environ 7 000 ans. Elle est plus vieille que Stonehenge et les pyramides égyptiennes, faisant d’elle une des plus anciennes preuves d’architecture en Europe.

Pour le moment, les chercheurs n’ont pas encore trouvé le véritable objectif de cette construction. Ils espèrent en apprendre davantage au fur et à mesure des fouilles, et après la datation au carbone des restes organiques.

Cocarde vue du ciel © IAP

Une vue aérienne de la cocarde Vinoř près de Prague, montrant trois entrées distinctes / © Institute of Archaeology of the Czech Academy of Sciences

UNE STRUCTURE RÉPANDUE

Mesurant 55 mètres de diamètre, la cocarde était liée à la culture de la poterie selon les archéologues. Radio Prague International a ajouté que la structure avait été découverte pour la première fois dans les années 1980. Des ouvriers du bâtiment posaient à l’époque des conduites de gaz et d’eau lorsqu’ils sont tombés sur les vestiges.

Miroslav Kraux, directeur des fouilles pour le compte de l’Institut Archéologique de l’Académie tchèque des sciences (IAP), espère que les fouilles pourront révéler avec précision l’utilité de la construction et l’identité des constructeurs. Jusqu’à présent, l’équipe de chercheurs a récupéré des fragments de poterie, des os d’animaux et des outils en pierre.

Avec le développement des drones et des photographies aériennes, les archéologues savent désormais que « les cocardes sont les plus anciennes preuves d’architecture dans toute l’Europe » a déclaré Jaroslav Řídký, porte-parole de l’IAP. Ce qui complique l’identification est que la structure est liée à « différentes communautés […] à travers l’Europe centrale ».

mur de tranchées © IAP

Un mur de tranchée révélant la stratigraphie (différentes couches) de la fouille / © Institute of Archaeology of the Czech Academy of Sciences

DÉSINTÉRÊT SOUDAIN

Très populaires à la fin du Néolithique, les cocardes consistaient en un ou plusieurs larges fossés circulaires, avec plusieurs entrées. Les archéologues pensent que des poteaux en bois bordaient la partie intérieure, avec peut-être de la boue sur les interstices. On pense que ces structures étaient utilisées pour permettre de grands rassemblements, sans plus de détails.

On remarque qu’après trois siècles de popularité, les cocardes ont soudainement disparu des archives archéologiques, vers 4 600 av. J.-C. Cependant, les chercheurs ignorent pour quelles raisons.

Noémie Perrin (rédaction btlv.fr Source Live Science)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV