20 janvier 2022 – Le rover chinois Yutu-2 n’a pas fini de faire parler de lui. Après le coup de la hutte qui était en réalité un rocher, le robot a cette fois-ci rapporté d’importantes données sur la face cachée de la Lune.

Yutu-2 est le premier rover à atteindre la face cachée de la Lune. En effet, cette dernière était restée inexplorée du fait de la difficulté à maintenir la communication avec la Terre.

Mais en 2019, la mission chinoise Chang’e 4 a déposé le robot afin d’étudier cette surface encore inconnue. Le rover est alimenté par des batteries solaires, lui permettant une autonomie qui n’était pas envisageable il y a seulement quelques années. Cependant, ce n’est que très récemment que les scientifiques ont dévoilé les données récoltées par l’engin.

UN SOL DIFFÉRENT DE LA FACE VISIBLE

Liang Ding de l’Institut de technologie de Harbin, en Chine, et ses collègues ont déduit que le sol était plus collant sur cette face. Ils se sont appuyés sur la façon dont Yutu-2 s’est déplacé et sur les observations qu’il a faites à l’aide du radar et de la spectrométrie.

En effet, ils ont découvert que le robot n’avait pas glissé et dérapé autant qu’on aurait pu s’y attendre du côté proche de la Lune. Cela indique que le côté éloigné était relativement plat. Le sol semblait également adhérer plus facilement aux roues du rover.

NOUVEAU MONDE À DÉCOUVRIR

Les chercheurs ont également remarqué une plus grande abondance de petites roches et de cratères d’impact.

Le petit robot a aussi trouvé un matériau verdâtre foncé et brillant au fond d’un cratère, similaire aux matériaux vitreux trouvé dans les échantillons de la mission Apollo. C’est la première fois qu’un de ces minéraux est trouvé sur le lieu de l’impact sur la Lune.

En plus d’être utile pour concevoir les futurs rovers lunaire, la compréhension de la composition du sol et de la distribution des roches peut nous renseigner sur l’histoire de la surface de la Lune.

« Toute information sur l’histoire du bombardement, à toutes les échelles, des grands impacteurs jusqu’à l’échelle atomique, est vraiment importante et précieuse », a déclaré Lionel Wilson de l’Université de Lancaster, au Royaume-Uni.

« L’exploration de la face cachée en est vraiment à ses balbutiements », s’est réjoui Sara Russell au Natural History Museum de Londres. « C’est comme ce tout nouveau monde à explorer. Nous avons vraiment beaucoup à découvrir sur la face cachée de la Lune, c’est vraiment excitant ».

Noémie Perrin (rédaction btlv.fr Source Science Robotic)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV