fbpx
x

(OVNI) Une femme dit avoir été enlevée par des extraterrestres

23 novembre 2021 – Selon un reportage des médias locaux, l’évènement se serait passé en Argentine dans la ville de Cuatro Esquinas. Lundi dernier, une femme est portée disparue après qu’un ovni ait été observé dans la région. Alertée, la police a immédiatement ouvert une enquête tout en se concentrant sur une zone où elle a, le lendemain, retrouvé la femme totalement désorientée. Incapable d’être claire et lucide lors de son interrogatoire, elle dût écrire le récit de sa mésaventure dans lequel elle explique qu’elle était sortie sur sa terrasse après avoir entendu un bruit étrange émanant de sa cour. C’est à ce moment-là, qu’elle vit une lumière blanche qu’elle n’arrive pas à s’expliquer. Dans son témoignage écrit, elle raconte s’être réveillée à une soixantaine de kilomètres au bord d’une route où les autorités l’ont finalement retrouvée. 

UNE ZONE DE RECHERCHE IDENTIFIÉE

Une enquête rapide, car la police a immédiatement pu identifier sa zone de recherche car lors de sa réapparition, la femme a passé plusieurs appels téléphoniques étranges à des amis et à la famille au cours desquels elle n’a rien dit. Ils disent tous avoir entendu simplement un bourdonnement particulier. Si depuis cet incident elle a retrouvé sa capacité à parler et se rétablit dans un hôpital voisin, elle n’a apparemment fourni aucun détail supplémentaire sur sa disparition. C’est un autre témoin qui s’est rendu à la police qui va rajouter des éléments à cette affaire en déclarant qu’il avait repéré une lumière excessivement brillante provenant d’un objet se déplaçant dans le ciel aux alentours de l’endroit où la disparition se serait déroulée. Chose étrange, cette observation semble avoir a eu lieu plusieurs heures après que la femme soit « réapparue ». 

Oscar « Quique » Mario

Si le récit de cette étrange disparition a suscité de nombreux commentaires, celui de l’ufologue Argentin Oscar « Quique » Mario revient sur l’état impeccable dans lequel la victime a été retrouvée à 64 km de chez elle. Pour lui, cela prouve qu’elle n’a pas marché et mais qu’elle fut transportée…Reste à savoir par qui ou par quoi…

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

Des chercheurs peuvent désormais lire dans les pensées des méduses

3 décembre 2021 – Des biologistes de l’Institut technologique de Californie (Caltech) ont pu observer le réseau neuronal des méduses en rendant leurs neurones fluorescents. 

Comprendre les méduses pour mieux nous comprendre. Le cerveau humain a cent milliards de neurones, effectuant 100 000 milliards de connexions. Pour démêler cette usine à gaz complexe, la constitution, plus simple, de l’animal marin pourrait être une bonne piste.

Les méduses chassent, se déplacent, se nourrissent… Et n’ont pas de cerveau. Cette particularité intrigue les scientifiques qui cherchent à comprendre le fonctionnement de ce drôle d’animal. Comment peut-on faire tout ça sans ciboulot ?!

UN RÉSEAU DE NEURONES EN TOILE

En fait, cet animal marin dispose d’un réseau neuronal qu’il a développé il y a plus de 500 millions d’années qui a peu évolué. Ce circuit décentralisé semble être une bonne stratégie d’évolution, puisque les méduses ont traversé des centaines et des centaines de millions d’années. Le réseau épouse la forme de la méduse et les neurones sont répartis en différentes tranches circulaires. Les tentacules urticants de la méduse sont liés à une des tranches.

FAISONS BRILLER LES NEURONES !

Les scientifiques ont génétiquement modifié des méduses de l’espèce Clytia hemisphærica. Elles sont toutes petites, pas plus d’un centimètre à l’âge adulte, et peuvent être facilement observables au microscope. Les chercheurs ont fait en sorte que les neurones deviennent fluorescents lorsqu’ils sont actifs.

On peut voir, en temps réel, les neurones de la méduse s’activer. Crédits : Caltech et B. Weissbourd

Qu’avons-nous vu ? Eh bien, on a pu voir comment les neurones fonctionnaient entre eux. Les biologistes ont ainsi mis le doigt sur le neurone R. Fa+, qui est seulement dédié à un mouvement de pliage d’une partie de la méduse pour qu’elle puisse ramener la nourriture à sa bouche. En supprimant ce type de neurone, la bête ne pouvait plus manger.

Ici, la méduse replie une partie de son corps pour amener la nourriture à sa bouche. Crédits : Caltech et B. Weissbourd

Ainsi, on comprend que le fonctionnement neuronal est spatialisé : chaque type de neurones a sa fonction propre.

Sources : Caltech et Ulyces

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-11-25T12:12:20+01:0023 novembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser