fbpx

(SCIENCE) Un méditant émet 100 000 photons par seconde

2 décembre 2020 – La pratique de la méditation est passée d’une mode à un art de vivre. Aujourd’hui on médite seul, en groupe (même à distance) ou en couple. Une étude qui avait été menée en 1997 en Allemagne, à l’université de Kassel de Witzenhause, avait montré que de la lumière visible était émise à partir de la région thoracique quand une personne était en méditation. Alors que 20 photons par seconde avait été observés dans le cas d’une posture neutre (sans méditer), 100 000 photons (5000 fois plus) par seconde avaient été mesurés dans le cas d’un méditation centrée sur le cœur. Les chercheurs ont utilisé un tube (EMI Type 9635 QA) afin de compter les photons. Le logiciel et le matériel utilisé pour cette étude avaient été conçus spécialement par ALV-Laser de la ville de Langen. Pour l’expérience, une chambre noire de la taille d’un placard, avait été recouverte entièrement d’un revêtement spécifique afin d’absorber la lumière. Winfried Fuchshofen, (candidat au doctorat à l’Université de Kassel à l’époque), avait mis en place le système de comptage de photons pour faire une expérience avec Puran Bair, le co-fondateur de l’Institut de Méditation Appliquée. Une heure d’attente a été nécessaire pour dissiper la fluorescence du corps qui émettait la lumière qu’il avait absorbée à l’extérieure de la chambre. Pour ne pas mesurer la fluorescence des tissus et les décharges d’électricité statique, il fallait que le méditant soit, de préférence, nu.

40 000 PHOTONS EN MÉDITATION

Après une heure de mesures, l’ordinateur avait mis en évidence 20 photons/seconde que la personne soit nue ou couverte. A partir d’une heure, le méditant a commencé une série de pratiques méditatives pour augmenter son énergie dans la colonne vertébrale et au niveau du cœur. Ces méditations comprenaient les pratiques de la méditation kundalini, des méditations soufies (répétition de Nur et Mu-now-wirr (en arabe) qui produit la sensation d’avoir un soleil miniature dans la poitrine) et le dhikr (répétition de l’expression arabe « La illaha illa ‘llah Hu », une ancienne prescription qui permet d’entrer dans la conscience de l’Etre Unique). 37 000 à 45 000 photons/seconde ont été comptés pendant la méditation. Après 10 heures de mesures, même si les résultats n’étaient pas toujours les mêmes, les méditations avaient toutes permis de constater, à certains moments, de la lumière sortant du corps du méditant.

100 000 PHOTONS EN CONTINU

 » L’Amour est plus fort que tout  » semble s’expliquer scientifiquement. Le lendemain matin après les premières mesures, le fils de 4 ans de Winfried Fuchshofen avait pris froid. Puran Bair avait alors proposé de l’intégrer à l’expérience : il a voulu méditer pour le jeune garçon et lui aurait  » envoyé de la lumière » à partir de son cœur avec la technique de méditation appelée « rythme cardiaque (détaillée dans l’ouvrage « Living from the Heart » de Puran et Susanna Bair (Random House, 1998). L’effort du méditant fût moins excessif que pendant les concentrations de la veille. Cependant, malgré un effort moins intense, l’ordinateur a mesuré 100 000 photons/seconde et ce, de façon constante pendant toute la méditation (environ 30 minutes). L’énergie (du cœur) déployée semblait être décuplée dans le cas d’une méditation d’aide à l’autre. Cela pourrait expliquer pourquoi on se sent mieux après une séance de soin énergétique. Les personnes prétendant « voir » l’aura ont peut-être la capacité d’observer la lumière de façon plus fine. À partir de 100 000 photons/seconde, la lumière serait visible par l’œil humain. On a même estimé que 1000 photons/seconde qui entrent dans un œil sont suffisants pour voir de la lumière, aussi subtile soit-elle. Vous pouvez découvrir le Kundalini Yoga avec Isabelle Silvagnoli dans l’émission « Et si on allait mieux » et l’énergie Kundalini avec Jean-Pierre Vanderydt dans « Bienvenue en Terre Happy – Les experts » (réservé aux abonnés). Voici également les articles de la rédaction btlv.fr sur l’influence du Yoga sur le vieillissement du cerveau et la plénitude retrouvée avec l’équilibre féminin/masculin ?

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-02T13:19:33+01:002 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser