Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

24 juin 2020 — Dans un souci de transparence, le Sénat américain souhaite préciser et réguler les activités de la cellule du Pentagone qui étudie les objets volants non identifiés (ovnis).

C’est le sens d’un amendement au projet de loi de finances 2021 actuellement en discussion, la commission du Renseignement du Sénat apporte son soutien « à la cellule de travail sur les phénomènes aériens non identifiés » du Pentagone, confirmant ainsi officiellement la poursuite des activités de cette unité dévoilée en 2017 par le New York Times.

Comme au temps de la guerre froide, ce texte sur les « phénomènes aériens non identifiés »n’a rien à voir avec de potentiels petits hommes verts, mais plutôt avec de très réels adversaires des États-Unis.

Cette cellule rattachée au bureau du renseignement naval de l’armée américaine a pour mission d’« harmoniser la collecte d’informations et les rapports sur les phénomènes aériens non identifiés, leurs liens potentiels avec des gouvernements adversaires et les menaces qu’ils posent aux équipements et aux édifices de l’armée américaine », précise le texte déposé par le sénateur républicain de Floride Marco Rubio et publié la semaine dernière.

MENACE DE LA CHINE ?

Les États-Unis s’inquiètent notamment des capacités d’espionnage de la Chine, à l’aide de drones ou autres moyens aéroportés.

Tout en reconnaissant que c’est un sujet sensible, les sénateurs « trouvent que le partage d’informations et la coordination entre services de renseignement sur le sujet sont inconsistants », et souhaitent donc un rapport détaillé —et public — sur les activités de cette cellule de travail et sur les phénomènes qu’elle a observés.

Si cet amendement est adopté, le Pentagone aura 180 jours pour présenter ce rapport au Congrès.

Pour mieux comprendre le déroulé des révélations du Pentagone de 2017, vous pouvez écouter en replay l’émission « Ovnis, une affaire d’État » avec Dominique Filhol, Nico Augusto et Pascal Fechner en cliquant ici (réservé aux abonnés)

François Deymier (btlv.fr source politico.com)