fbpx

« Les Pionniers du Changement » avec le prince de Seborga (principauté enclavée en Italie) : Une histoire méconnue que l’on va vous faire découvrir.

Plus d’infos sur l’émission : diffusion : 30/11/2017 | « Les Pionniers du Changement » avec le prince de Seborga (une principauté enclavée en Italie) : Une histoire méconnue que l’on va vous faire découvrir.
(Version Podcast : cliquez ici)

Les propos tenus dans cette émission n’engagent que la ou les personnes invitées, et en aucun cas la rédaction de btlv.fr qui n’a que pour mission de vous informer sur toutes ces hypothèses dans un souci d’exploration.

Bob Bellanca nous emmène à la découverte de la principauté de Seborga avec le prince Nicolas 1er.
La Principauté de Seborga est un État souverain, neutre et indépendant situé aux pieds des Alpes Liguriennes, à une altitude moyenne de 517 mètres, offrant ainsi un point de vue d’exception sur la baie méditerranéenne. Elle s’étend sur une superficie de 14 Km2, à environ 20 km de la frontière franco-italienne. La citadelle millénaire de Seborga en est la capitale.
L’histoire de la principauté débute en l’an 954 et voit se succéder 110 princes régnants jusqu’en 1746. La principauté de Seborga est un État monarchique situé géographiquement au cœur de l’Europe hors de l’espace Schengen. Elle compte un peu plus de 2000 habitants, dont environ 300 résidents au cœur de la citadelle médiévale, et se trouve être la première au monde dans l’histoire des micronations, à prendre le statut de Nation Souveraine, indépendante et neutre depuis le 22 février 2016.
Le Prince de Seborga est issu de la famille de l’Aide de Camp de Napoléon III, tambour major de la Garde impériale. Élu Prince de Seborga le 22 février 2016 et succède donc au dernier Prince régnant, Giuseppe Antonio Biancheri (16/11/1710 – 04/04/1746)

Depuis son élection, ont été actés :
Une constitution respectant le cadre des principes généraux du Droit international.
Un gouvernement princier : composé de ministres, secrétaires d’États, hauts-dignitaires de l’État et hauts-fonctionnaires de la Principauté
Une Administration publique centrale électronique : administration fonctionnelle 24h/24h, harmonisation des actes administratifs, simplification des formalités, faibles charges d’infrastructure…
Un Journal Officiel électronique : édition numérique, diffusion télématique au public
La Banque Centrale de la Principauté de Seborga :
La Direction des Services judiciaires : Le pouvoir judiciaire appartient au Prince déléguant le plein exercice aux cours et tribunaux
Une Agence Seborgienne de Développement
Un Office des Caisses Dépôts et Consignations, une Direction générale de la sécurité extérieure et des Affaires stratégiques , la Fondation Nicolas1er, un Corps de gendarmerie, une monnaie, le Luigino.

Site de la principauté de Seborga : cliquez ici

Status:

Errors:

oto Kevin Hendersen

À la Une

(SCIENCE) Notre tête révèle un organe inconnu jusqu’à ce jour

21 octobre 2020 — Publiée dans la revue Radiotherapy and oncology, une étude révèle l’existence d’un nouvel organe niché dans le nasopharynx humain. Un ensemble de glandes salivaires bilatérales. Jusqu’à il y a trois ans, les scientifiques pensaient que le corps humain contenait 78 organes. Depuis ils ont revu à la hausse le nombre de ses derniers en y rajoutant notamment le mésentère qui relie l’intestin aux parois abdominales. Cette fois, il va falloir également compter avec de nouvelles glandes salivaires. C’est une équipe de chercheurs néerlandais qui a fait cette

découverte anatomique. Niché à l’arrière du nasopharynx, ce nouvel ensemble de glandes salivaires a été découvert lors d’examens menés avec un PSMA sur des patients souffrant d’un cancer de la prostate. C’est grâce aux injections de glucose radioactif lors du scan que l’organe fut découvert.

Crédit photo : Institut néerlandais du cancer

ON A TOUS LES GLANDES

Notre corps est équipé de glandes salivaires dites « majeures » (ndld : les glandes parotides, sous-maxillaires et sublinguales) mais aussi de près d’un millier de glandes salivaires supplémentaires dites “mineures”. Minuscules, celles-ci sont nichées dans le tractus aérodigestif et dans toute la zone buccale, ce qui n’est pas le cas de ce nouvel organe qui appartiendrait aux glandes dites « majeures ». Placées précisément derrière le nez et au-dessus du palais, ces glandes se trouvent près du centre de notre tête. La question que beaucoup se posent est légitime : comment sommes-nous passés à côté depuis l’avènement de la radiographie ? Les spécialistes avancent que cette zone n’est pas très accessible. Pour certains, seules les nouvelles techniques d’imagerie PSMA-PET / CT peuvent le permettre.

Sur BTLV, on se demande souvent s’il existe un grand architecte à l’espèce humaine et il est certain que si la question est longtemps posée, une chose est sure, le corps humain est vraiment la plus belle machine qu’il a inventée…

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2020-06-21T16:29:42+02:0030 novembre 2017|

Sujets susceptibles de vous intéresser