fbpx

ÉDITO DE LA SEMAINE: BTLV 7 ANS DÉJÀ

Il y a 7 ans jour pour jour, je me lançais avec la complicité de Mathieu Allouch, Dan Darsoumian, Jonathan Fovet, Alex Tran et Amilcar Mathias dans l’aventure BTLV.

Engagé sur le chemin du mystère et de l’inexpliqué, je ne savais pas que je pénétrais dans un univers qui génère bien plus de questions que de réponses. Car je peux le dire, après 7 ans, l’invisible, pour moi, l’est toujours autant, la mort reste encore un mystère, les EMI un espoir, et les extraterrestres un fantasme. Non pas que je doute de leur existence, je serai bien orgueilleux de penser que nous sommes seuls dans l’univers, mais je n’ai pas eu encore la preuve absolue de leur réalité. C’est d’ailleurs toutes ces questions restées sans réponses prouvées qui me poussent à continuer à recevoir ceux qui disent ou qui pensent avoir trouvé le sens de la vie, de la mort et de notre présence dans cet univers. Un univers à la fois effrayant par son gigantisme et fascinant par sa structure.

Régi par un ordre dont on ne sait toujours qui l’a donné, même si les croyants l’appellent Dieu, les scientifiques et les chercheurs du monde entier que j’ai rencontré depuis la création de BTLV reconnaissent, pour les plus honnêtes, qu’en réalité, ils ne savent pas grand-chose. Chaque jour, de nouvelles théories démontent celles trouvées la veille. Certaines ont gagné toutefois leurs lettres de noblesse comme la théorie du Big Bang qui est acceptée par nos facultés ou celle de l’évolution qui vaut à tous ceux qui osent la remettre en doute d’être traités de complotistes. Avec BTLV, j’ai appris à ne rien valider, à ne pas juger et à garder pour moi ma vérité qui n’est certainement pas la même que la vôtre. J’ai conscience qu’ici chacun à sa vérité.

Curieux de tout, avec mes collaborateurs François Deymier, Sandrine Chopin, Thierry Penin ou encore Mathias Leboeuf, Joslan F.Keller et Egon Kragel, nous questionnons en essayant de déblayer un terrain semé d’embûches et de pièges tant il est clivant. En 7 ans de BTLV j’ai compris qu’il existe deux catégories d’individus : ceux qui croient et ceux qui ne croient pas. Malheureusement, aucun des deux ne veut faire un pas vers l’autre. Résultat : on trouve des sachants de chaque côté. Pour tout vous dire, je ne pense pas que ce soit si simple. Notre réalité, celle du monde qui nous entoure n’est ni blanche ni noire, j’ai plutôt le sentiment qu’elle est grise et nous n’aimons pas la grisaille. Pour certains, cette grisaille est synonyme de tiédeur et ça leur est inacceptable, car les sujets que nous abordons chaque jour alimentent passion et engagement. Et pourtant, je reste persuadé avec mon humble expertise que c’est du gris que jaillira la lumière de la connaissance.

Le recul, le discernement dont nous tentons de faire preuve sur BTLV reste essentiel pour rester ancrés dans la réalité du quotidien. Avoir la tête dans les étoiles n’a de sens qui si on a les pieds sur terre. Alors je ne sais pas ce que nous réservent les 7 prochaines années, mais je suis certain qu’il y aura toujours des choses à découvrir, de nouveaux chercheurs à interroger et de nouveaux curieux pour s’abonner à un média montré du doigt par l’ensemble de la sphère médiatique.

Et même si on me traite d’allumé, de monsieur Ovni, d’agité du bocal, je sais que je ne suis pas seul, car vous êtes là à nous suivre, à nous faire confiance, à nous soutenir, à parfois nous remettre dans le droit chemin et pour cela, demain matin, je serais heureux de me rappeler en me réveillant qu’un 4 septembre 2013 nous avons fait le pari fou de créer un média TV & Radio sur le mystère et l’inexpliqué. Heureux, car BTLV évolue, l’éveil, la conscience et le développement personnel sont de plus en plus mis en lumière sur l’antenne, les phénomènes de société, la science et les bouleversements de civilisation vont être hissés de plus en plus haut dans nos programmes. Le monde change, les médias de masse ne sont plus crédibles aux yeux des Français, l’anxiogénéité dont ils font preuve chaque jour ne fait plus recette et les condamne à une mort annoncée. On ne peut plus prendre le téléspectateur pour un veau… Son temps de cerveau n’est plus au service des chaînes d’infos. Le public veut une autre information que celle qu’on lui impose. Voilà pourquoi BTLV a toute sa place dans ce « nouveau monde ». Alors merci de votre confiance et ensemble engageons-nous sur le chemin d’un monde nouveau, plus honnête, altruiste, plus écologique, plus sain ! Et n’oublions jamais que la connaissance n’a d’intérêt que si on peut la mettre à profit.

Bob Bellanca / Fondateur de BTLV

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉGYPTE) Un chapitre entier du «Livre des morts» a été découvert à Saqqarah

22 janvier 2021 — Dans la nécropole de Saqqarah, a été retrouvé l’un des artefacts les plus intéressants : un papyrus de 4 mètres de long contenant le chapitre 17 du Livre des Morts. Un manuscrit que les anciens Égyptiens utilisaient pour aider les morts dans l’au-delà. Le nom du propriétaire du papyrus est écrit dessus – « Puhaf »; le même nom a également été trouvé sur l’un des cercueils en bois et sur quatre poupées shabtidestinées à servir les morts dans l’au-delà. Le papyrus a été déterré dans un puits funéraire à côté de la pyramide du mari de la reine Neit, le pharaon Teti, qui a gouverné l’Égypte entre 2323 et 2291 avant JC. Une annonce a été faite par un représentant du ministère égyptien des Antiquités.

Les scientifiques tentent de déchiffrer le texte, d’autres exemplaires du chapitre 17 ont déjà été traduits. Ils contiennent une série de questions et de réponses, une sorte de feuille de route pour les morts essayant de naviguer dans l’au-delà. Il n’est pas encore possible de dire avec certitude si la copie récemment trouvée du chapitre 17 a le même format et les mêmes énigmes.

Un chapitre entier du livre des morts © Ministère égyptien des Antiquités

VERS UNE MEILLEURE  CONNAISSANCE DU CULTE DES MORTS 

Les archéologues ont trouvé également trois entrepôts en briques de terre, dans lesquels étaient conservées des offrandes à la reine et à son mari. Près de la pyramide, on a également découvert une série de tumulus contenant les restes de personnes ayant vécu pendant les 18e et 19e dynasties égyptiennes (1550 av.J.-C. – 1186 av.J.-C.). On pense que les gens voulaient être enterrés près de la pyramide du pharaon. Jusqu’à présent, l’équipe a découvert plus de 50 cercueils en bois, ainsi que de nombreux autres objets. À l’intérieur de la tombe, une stèle qui appartenait à un homme nommé Haptah, a été identifié comme le gardien du char de guerre du pharaon. Au sommet de la stèle se trouve un couple (Haptah et son épouse Mvtemvii) rendant hommage à Osiris, le dieu égyptien des enfers, et en bas se trouve le même couple assis sur des chaises avec six enfants devant eux. Trois filles sont représentées en train de renifler des fleurs de lotus, et leurs trois fils – debout côte à côte:

Haptah a peut-être été au service de Ramsès II, célèbre pour ses campagnes militaires qui ont étendu l’empire d’Égypte à la Syrie actuelle. L’inscription sur la stèle indique que deux des enfants de Haptakh portent le nom de membres de la famille Ramsès II. L’une des filles de Kaptakh s’appelle Néfertari (du même nom que l’épouse principale de Ramsès II), et l’un de ses fils s’appelle Khamveset (le même nom que l’un des fils de Pharaon). D’autres découvertes dans des tumulus près de la pyramide comprenaient une hache en bronze, des jeux de société, des statues d’Osiris et plusieurs momies, y compris la momie d’une femme qui semble avoir souffert d’une maladie génétique qui provoque une fièvre récurrente et une inflammation de l’abdomen, des articulations et poumons.

Bientôt sur btlv une émission avec l’anthropologues Fernand Schwarz sur les livres des morts égyptiens en attendant vous pouvez écouter en replay l’émission sur la géométrie sacrée de l’Égypte (réservé aux abonnés).

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-09-06T10:02:12+02:006 septembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser