fbpx
x

(INNOVATION) Le pentagone est sur le point de mettre en place une intelligence artificielle capable de prédire l’avenir

8 août 2021- Le pentagone serait en train de tester la collecte de données de pointe, combinées à l’intelligence artificielle. Grâce à ça, il compte mettre au point une IA capable de repérer des informations normalement invisibles pour les analystes militaires et ainsi prédire des événements à venir des jours à l’avance.

Si prédire l’avenir a longtemps été associé à la science-fiction ou à la voyance, désormais ce sera également à la portée du pentagone. Ce programme visant à prédire l’avenir, a été baptisé Global Information Dominance Experiments (Gide). À l’heure actuelle, l’armée américaine a achevé le troisième test d’une série mixant des capteurs civils et militaires comme des drones ou des satellites, de l’IA et du cloud computing. Durant ces tests, des données ont été recueillies grâce à des capteurs placés partout dans le monde. Avant que les informations ne soient passées à travers un modèle d’IA. Ces tests visant donc à prédire des événements à venir auraient été concluants selon l’armée américaine. L’objectif du Gide sera donc d’aider les sphères dirigeantes à se préparer à l’action ennemie et prendre des décisions en avance plutôt que de réagir une fois un conflit commencé. 

UNE TECHNOLOGIE FUTURISTE MAIS AVEC ENCORE DES LACUNES 

Si cette IA peut paraître impressionnante, on est encore loin de l’IA que l’on peut voir dans le film Minority Report de Steven Spielberg qui est capable de prédire des crimes avant qu’il ne soit commis. D’après l’armée américaine, cette technologie offre surtout un gain de temps considérable sur le plan de l’analyse militaire et de la stratégie. Ce qui prendrait des jours d’analyse pour des analyses militaires, l’IA le fait en quelques secondes ce qui permet d’identifier les menaces beaucoup plus rapidement. Le pentagone concède d’ailleurs que si l’IA peut relever des indices très rapidement elle ne sait pas vraiment ce qui se passe. Cette IA ne va donc en aucun cas remplacer les analystes du pentagone, mais agira en soutien auprès d’eux. Quoi qu’il en soit, l’armée américaine est très fière du projet Gline qui pourrait être pleinement opérationnel d’ici au printemps 2022. Si cette IA n’est pas capable de prédire l’avenir au sens propre du terme, elle montre que ce type de technologie se développe vite et que peut-être un jour une IA sera vraiment capable de prédire l’avenir.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-10T15:34:55+02:008 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser