fbpx

JEU A RÉALITE VIRTUELLE : le Spartrack-VR, un jeu qui vous plonge en immersion totale (btlv.fr/source Sortir à Paris)

1er mai 2018 : C’est à Paris que l’événement aura lieu. Associant la technologie de la réalité virtuelle à celle du laser game, le Spartrack-VR, inauguré dans les jours qui viennent, risque bien de faire rapidement des adeptes «addicts» aux sensations fortes comme l’explique Ari Bentolila, cocréateur de Spartrack-VR :

«Nous sommes dans une ère où les concepts ludiques autour de la VR vont prendre une place importante dans le marché du loisir. Le succès du dernier film de Steven Spielberg, Ready Player One, où le héros passe le plus clair de son temps dans un monde virtuel où tout est possible, atteste de cet engouement»

Crédits : Spartrack-VR

LIBRE DANS SES MOUVEMENTS

Offrant une absolue liberté de mouvement, le joueur sera immergé dans un espace de jeu de près de 100 mètres carrés. Équipés d’un casque à réalité virtuelle, et d’un système informatique portable, de capteurs aux mains et aux pieds, et d’un fusil électronique, les joueurs pourront jouer en équipe. Le but du jeu sera de trouver une équipe de scientifiques et une boîte noire qui n’ont plus donné signe de vie. Les huit participants du Spartrack-VR, durant environ trente minutes, devront combattre des créatures mi-hommes mi-robots.

 

PAS DE MOTION SICKNESS

Afin de rassurer les personnes qui sont malades rien qu’à l’idée d’évoquer les équipements high-tech, les créateurs assurent que la conception fut adaptée afin que tout le monde puisse jouer sans subir de «motion sickness» que l’on peut comparer au mal des transports. Ouvert dès le 11 mai, il faudra se rendre au Team Break au beau milieu du CNIT MOVE à Paris La Défense. Adeptes de sensations fortes, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Bob Bellanca (btlv.fr/source Sortir à Paris)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-03-24T17:45:03+01:002 mai 2018|

Actus susceptibles de vous intéresser