fbpx

(SCIENCE) La pieuvre a 8 cerveaux dans ses tentacules

23 novembre 2020 – 8 tentacules, 3 cœurs et 9 cerveaux ! Les céphalopodes sont des sortes d’extraterrestres marins. Une étude récente a mis en évidence que les 8 bras de la pieuvre ont un « cerveau ». L’octopus vulgaris (pieuvre commune) a une intelligence fascinante. En effet, elle ne manque pas d’idées et d’astuces pour chasser et se protéger. Elle a aussi la capacité à ouvrir un pot en verre, se diriger pour sortie de labyrinthes complexes et même prédire le résultat d’un match de foot en se dirigeant, en aquarium, vers le drapeau de la future équipe gagnante.

Les 8 bras de la pieuvre sont vêtus d’environ 200 ventouses. Ils permettent au céphalopode de se déplacer, de toucher, de sentir son environnement, tout cela grâce aux systèmes neuronaux qui captent les informations sensorielles. Les 8 « cerveaux » tentaculaires communiquent avec le cerveau principal à tout moment.

Le système nerveux de la pieuvre est constitué, comme chez le chien, d’approximativement 50 millions de neurones. Cependant, l’organisation est différente. Chez les vertébrés, en général, le système neuronal est concentré dans le système nerveux central. Chez l’homme, énormément de neurones sont rassemblés dans l’abdomen : 200 millions de neurones sont au niveau de l’intestin.  Il n’en reste pas moins que 86 milliards de neurones se trouvent dans notre cerveau, si les conditions d’âge et de santé sont optimums. Chez le poulpe, un tiers des neurones forme le cerveau central et les deux autres tiers se situent dans ses huit bras.

LES BRAS DES POULPES CAPTENT LA NOURRITURE

Les chercheurs de l’université d’Osaka ont utilisé 6 poulpes pour les entrainer à se procurer de la nourriture dans un labyrinthe en Y. Les résultats de l’étude sont disponibles dans Current Biology.

5 poulpes sur les 6 ont réussi à saisir la nourriture avec un seul bras, sans tâtonner, alors qu’ils ne voyaient ni leur tentacule ni l’aliment disposé dans une des branches du labyrinthe. Ils ont démontré en faisant cela, que le système nerveux périphérique communique avec le cerveau central. Ces informations sensorielles permettent le déplacement dans le labyrinthe, à l’aveugle. Les scientifiques ont utilisé 2 variantes du même labyrinthe et ont pu comprendre quels types d’informations étaient collectés par le cerveau périphérique des bras. Ces derniers sont de véritables capteurs de mouvements et de textures.

Il a pu être conclu que les pieuvres ont une conscience des déplacements de leurs tentacules, alors qu’elles ne les voient pas.

L’INTELLIGENCE DU POULPE

Tamar Gutnick, le premier auteur de l’étude, explique : « Cette étude démontre que les bras des poulpes n’agissent pas de façon totalement indépendante du cerveau central, il y a un flux d’informations entre les systèmes nerveux tentaculaires et central. Plutôt que de parler d’un poulpe à neuf cerveaux, on parle plutôt d’un poulpe avec un cerveau et huit bras très intelligents ».

Dans une autre expérience, les céphalopodes ont pris le temps, lors d’un apprentissage, d’étudier tactilement les surfaces du labyrinthe qui disposait, cette fois-ci, d’une branche lisse et d’une branche rugueuse. Ils arrivaient après quelques essais, à identifier quel type de surface conduisait à la nourriture.

« LA SAGESSE DE LA PIEUVRE »

Pour ceux qui aiment déguster des fruits de mer et d’autres mollusques, nous vous invitons à les dévorer des yeux dans le documentaire de Pippa Ehrlich et James Reed,  « La Sagesse de la Pieuvre  » actuellement sur Netflix.

Il s’agit d’une fabuleuse histoire où l’on apprend beaucoup sur le  règne animal (et végétal) aquatique. L’intelligence de la pieuvre est fabuleusement mise en évidence dans ce documentaire. Filmée tous les jours, la pieuvre noue une relation consciente avec le réalisateur qui plonge tous les jours pour venir à sa rencontre. La sensibilité de l’animal est ainsi révélée. Dans ce film, de très belles images sont présentées ainsi qu’un transfert de passion entre un père et son fils : la nature en question.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Cet astéroïde vaut 7 Millions de fois l’économie sur Terre !

23 janvier 2021 – Situé entre Mars et Jupiter, cet astéroïde, entièrement composé de métaux, présente des caractéristiques hors du commun…

L’astéroïde « Psyche 16 » est multi-trillionaire ; sa valeur est en effet estimée à environ 630 Trillions d’Euros.

Une belle somme, mais pourtant, ce n’est pas la raison pour laquelle la NASA y enverra un orbiteur, en 2022. Parce qu’en plus d’être plein de richesses, l’astéroïde pourrait aussi nous en apprendre beaucoup sur la façon dont se serait formé notre système solaire…

UN NOYAU SEMBLABLE A CELUI DE LA TERRE

Même à long terme, l’étude de Psyche 16 n’a aucun but mercantile. En revanche, il donnera aux chercheurs l’opportunité d’observer la Terre…

Plus exactement, ce qui se rapproche le plus du noyau de notre planète. Il s’agira de réaliser sur cet astéroïde, ce qu’il est impossible de réaliser sur Terre, puisqu’il faudrait en effet creuser jusqu’à 3 000 kilomètres de profondeur, afin d’observer le noyau terrestre, ce qui est impossible. Etudier Psyche 16, permettra à la NASA de mieux comprendre le fonctionnement de notre cœur terrestre.

Les scientifiques tenteront par exemple, de déterminer pourquoi le magnétisme des pôles finit par s’inverser au fil du temps.

UN ASTÉROÏDE VRAIMENT UNIQUE

L’astéroïde fut découvert en 1852 par Annibale De Gasparis. L’astronome italien n’imaginait alors pas qu’il venait de repérer une telle rareté, dans sa lunette d’observation.

Lors de leurs formations, les astéroïdes agrègent les éléments lourds d’étoiles ayant explosés, parce qu’en fin de vie, au cours des précédents milliards d’années. C’est d’ailleurs de cette façon que sont nés des métaux comme l’or, l’arent ou le platine, et même des éléments vitaux à notre survie, tel que l’oxygène.

Ce qui rend Psyche 16 si spécial, c’est que là ou les astéroïdes sont habituellement constitués d’amas de roches ou de glace, ce dernier est surtout composé de fer, de nickel et certainement d’or. A l’échelle du cours actuel de tous ces métaux, cela représenterait une valeur astronomique, équivalente à 7 Millions de PIB mondiaux (le PIB mondial représentait 84 798 Milliards de dollars, en 2019).

Il aura fallu attendre le lancement du télescope Hubble, en 2014, pour se rendre compte des particularités de cet astéroïde géant.

Mais l’observation de Psyche 16 n’en est qu’à ses balbutiements. En effet, la « mission Psyche », ne décollera qu’en août 2022, avec, nous l’espérons, son lot de découvertes surprenantes.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-11-23T15:04:31+01:0023 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser