Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je rejoins BTLV

28 avril 2020 — Le pentagone publie à nouveau trois vidéos d’ovnis. C’est par la voix de la chaîne d’information CNN que nous apprenons cette nouvelle. Comme les premières vidéos dévoilées par la société consacrée à la recherche en la matière To The Stars Academy et diffusées par le New York Times en 2017, les vidéos montrent des objets volants non identifiés filmés et enregistrés par des caméras infrarouges. Dans ces vidéos, on peut entendre les réactions de certains officiels. L’une d’elles évoque la possibilité d’un drone. Ce que démentent les pilotes qui furent confrontés au phénomène. Ces derniers sont parmi les meilleurs aviateurs de la planète et savent faire la différence entre un drone et un objet volant inconnu.

l’US Navy a reconnu publiquement l’existence de ces ovnis dans le but d’éviter toutes spéculations de la part du public le moins averti, c’est dans tous les cas, ce que souligne son porte-parole du Pentagone Sue Gough avant de rajouter « Après un examen approfondi, le département a déterminé que la publication autorisée de ces vidéos non classifiées ne révèle aucune capacité ou système sensible », « et n’empiète sur aucune enquête ultérieure sur les incursions de l’espace aérien militaire par des personnes non identifiées ou phénomènes aériens.  »

DE NOUVELLES DIRECTIVES DE L’US NAVY

L’US Navy autorise officiellement le rapport des pilotes. Des professionnels du ciel dont David Fravor qui avait déclaré à CNN que ces engins se déplaçaient d’une manière qu’il ne pouvait expliquer « Alors que je m’en approchais… il s’est rapidement accéléré vers le sud et a disparu en moins de deux secondes ». Des mouvements erratiques qui sont symptomatiques du phénomène ovni « C’était extrêmement brusque, comme une balle de ping-pong, rebondissant sur un mur. Elle frapperait et irait dans l’autre sens. »

Si le dossier UFO revient sur le devant de la scène, on le doit au sénateur Harry Reid qui fut à l’initiative du programme secret américain et dont le but était d’étudier le phénomène. L’ancien sénateur a tweeté lundi dernier qu’il était « content » que le Pentagone ait officiellement publié les vidéos, mais que « cela ne fait qu’effleurer la surface de la recherche et des matériaux disponibles. Les États-Unis doivent examiner sérieusement et scientifiquement tout cela et toutes les implications potentielles pour la sécurité nationale ».

Et dans le dossier les déclarations ne manquent pas, Luiz Elizondo l’ancien responsable du programme classifié annonçait en 2017 à CNN qu’il pensait personnellement « qu’il existe des preuves très convaincantes que nous ne sommes peut-être pas seuls ». Luiz Elizondo qui depuis a rejoint la société To The Stars Academy. Pour lui « Ces avions – nous les appellerons des avions – présentent des caractéristiques qui ne sont actuellement pas dans l’inventaire américain ni dans aucun inventaire étranger que nous connaissons »,

Si aujourd’hui ces informations circulent, Luiz Elizondoa démissionné du ministère de la Défense en 2017 afin de protester contre le secret entourant le programme et l’opposition interne à son financement. Depuis les choses ont évolué et certains membres du Congrès sont très intéressés par la question comme Rachel Cohen la porte-parole du sénateur démocrate de Virginie Mark Warner »Si les pilotes à Oceana ou ailleurs signalent des dangers de vol qui interfèrent avec la formation ou les mettent en danger, alors le sénateur Warner veut des réponses. Peu importe qu’il s’agisse de ballons météo, de petits hommes verts ou de tout autre chose – nous ne pouvons pas demander à nos pilotes de mettre leur vie en danger inutilement « . Une déclaration recueillie par CNN. Tout cela est approfondi dans l’excellent documentaire « Ovni, une affaire d’états » de Dominique Filhol. Pour ce dernier, on vit, dans ce dossier, une époque formidable et de divulgation comme il le déclarait sur btlv lors de l’émission consacrée à la sortie de son film. À voir ici :

Bob Bellanca (source CNN)