fbpx

(CATASTROPHE) La ville de Tall el-Hammam pulvérisée par une météorite il y a 3 600 ans

21 septembre 2021 – Située à 11 kilomètres de la mer morte dans l’actuelle Jordanie, l’ancienne ville de Tall el-Hammam aurait été détruite par une collision mille fois plus puissante qu’Hiroshima.

Cette catastrophe a été dévoilée dans un article de Scientific Reports publié par 21 chercheurs, dont l’archéologue Phil Silvia, le géophysicien Allen West, le géologiste Ted Bunch et le physicien Malcom LeCompte.

UNE SCÈNE D’APOCALYPSE

Il y a quelques années, les archéologues ont découvert parmi les ruines une épaisse couche de charbon mélangé à de la poussière ainsi qu’à des briques et de la poterie fondues. On avait alors compris qu’une violente tempête de feu avait ravagé la ville. Cependant, on ne connaissait pas les circonstances exactes.

SEULE EXPLICATION : UN IMPACT VIOLENT

Dans cette couche de charbon, les chercheurs ont trouvé des minuscules particules de diamant qui ne peuvent se former que sous haute pression et à température très élevée. On découvre également des petites billes composées de métal et de sable fondus à près de 1 600 degrés. 

Or, ni un volcan, ni un tremblement de terre, ni une guerre ne peuvent faire fondre le métal, le sable ou la poterie ainsi. Seul l’impact d’un corps céleste est envisageable. Un corps de 50 mètres de diamètre.

UN RÉCIT BIBLIQUE ?

La Bible décrit bien la destruction de deux villes près de la mer morte, avec des pierres enflammées qui tombent du ciel et de nombreuses victimes : oui, c’est bien l’histoire de Sodome et Gomorrhe. Ces cités auraient été détruites pour leurs péchés. 

POUVONS-NOUS REVIVRE ÇA ?

Oui. Actuellement, plus de 26 000 astéroïdes sont proches de notre planète. Une s’écrasera inéluctablement. 

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) La sonde Lucy est partie aujourd’hui à la conquête des astéroïdes de Jupiter

16 octobre 2021 – La sonde Lucy de la NASA est partie ce matin depuis Cap Canaveral en Floride. Elle se dirigera vers les astéroïdes troyens de Jupiter, corps célestes gravitant autour du Soleil sur la même orbite que celle de la géante gazeuse.

La sonde Lucy voyagera durant six ans avant d’effectuer la majorité de ses observations entre 2027 et 2033. Son but sera d’étudier les astéroïdes troyens, afin de déterminer leur origine et de confirmer ou invalider le modèle de Nice, expliquant la disparité des corps célestes à l’origine de la formation du système solaire. Les astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui se situent à des points stables autour de Jupiter, ils sont situés à plus de 700 millions de kilomètres du soleil et ce sera la première fois qu’ils vont être survolés par une mission spatiale. Une fois arrivée à destination, la sonde pourra commencer à étudier ces objets célestes dont la composition, la densité, la forme permettront par exemple d’en savoir plus sur l’évolution de l’agencement des planètes autour de notre soleil. Les astronomes espèrent que l’étude de ces astéroïdes leur permettra de mieux comprendre la naissance de notre système solaire.

UNE SONDE PORTEUSE D’UN MESSAGE À DESTINATION DE NOS DESCENDANTS

En plus de permettre l’étude des astéroïdes de Jupiter, la sonde Lucy servira aussi de capsule temporelle spatiale à destination de nos descendants.  De fait, elle contiendra des écrits de penseurs majeurs ainsi qu’un schéma de la position exacte des planètes le jour du lancement de Lucy. Le parcours de la sonde a été étudié afin de la rendre facilement accessible pour des descendants disposant d’une technologie largement supérieure. En effet, à la fin de sa mission en 2033  Lucy suivra la même orbite que les astéroïdes troyens autour du soleil ce qui signifie qu’elle pourrait errer dans cette orbite  pour des centaines, des milliers voire des millions d’années. De cette façon, les chercheurs espèrent que la sonde Lucy deviendra une relique archéologique qui pourra être récupérée par des descendants ayant la capacité de voyager jusqu’à Jupiter. Cependant nos descendants auront-ils le temps d’atteindre un tel niveau de technologie avant que l’humanité ne disparaisse est une question que l’on peut se poser.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-21T14:03:25+02:0021 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser