21 avril 2022 – Les scientifiques ont remarqué que des groupes de tâches venaient d’apparaître sur le Soleil et qu’ils sont responsables d’une puissante éruption solaire.

Ces régions actives AR2993 et AR2994 sont suivis d’une troisième, difficilement visible. Fort heureusement pour nous, l’éruption n’a pas touché la Terre. Ces essaims sont si importants qu’ils pourraient facilement contenir notre planète. Ils ont chacun une superficie de plusieurs centaines de millions de kilomètres carrés.

Les tâches sont le résultat de perturbations magnétiques de la photosphère du Soleil. Cette dernière est la surface visible qui émet la lumière.

Les deux groupes de taches AR2993 et AR2994

Les deux groupes de taches AR2993 et AR2994 visibles à la surface du Soleil / © Langkawi National Observatory, MYSA/MOSTI

DIFFÉRENTS NIVEAUX D’ÉRUPTIONS

Les scientifiques ont classé les éruptions solaires selon un certain niveau d’intensité, chacune 10 fois plus puissante que la précédente : A, B, C, M et X. La Nasa précise que chaque catégorie contient neuf divisions.

Il se trouve qu’actuellement, le Soleil est entré dans une phase de forte activité. « Je suis sûr que nous verrons de plus grandes régions actives au cours des prochaines années » a déclaré le physicien solaire Dean Pesnell du Goddard Space Flight Center de la Nasa à Live Science. Il a ajouté que le cycle devrait atteindre son apogée fin 2024 début 2025.

UN DANGER POUR LA TERRE

Les régions actives peuvent autant produire des éruptions solaires que des éjections de masse coronale (CME). Ce sont des boules de plasma extrêmement chaudes.

Autre l’aspect que nous aurons le droit à de belles aurores boréales, les éruptions solaires peuvent réellement présenter un danger pour notre planète.

Le Space Weather Prediction Center de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a par exemple signalé qu’une impulsion de rayons X provenant d’une éruption une panne de courant en Asie du Sud-Est et en Australie.

De plus, les CME, lorsqu’ils atteignent la Terre, peuvent écraser les réseaux électriques. Cela met également en danger les astronautes en orbite, qui ne bénéficient plus de la protection du champ magnétique de la planète.

« Les éruptions et les éjections de masse coronale deviendront plus fréquentes au cours des prochaines années, augmentant le niveau de danger de l’activité solaire » a précisé Pesnell.

Noémie Perrin (rédaction btlv.fr Source Live Science)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV