Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

12 juillet 2020 – Les fans de Jurassic Park savent que tous les dinosaures ne font pas plusieurs mètres de hauteur. Certains sont de la taille d’enfants en bas-âges. Mais saviez-vous que l’un d’entre eux pourrait tenir dans la paume de votre main ?

Quand on pense aux dinosaures, on a tous immédiatement une idée de grandeur spectaculaire en tête. Pourtant, tout comme certains animaux sont gros et d’autres petits, il existait de « petits » dinosaures.

Dans une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, des scientifiques font part de leur découverte : une espèce de dinosaure qui aurait vécu il y a près de 237 millions d’années et qui mesure une dizaine de centimètres.

KONGONAPHON KELY

C’est en 1998 que des fossiles ont été trouvés dans l’ouest de l’île de Madagascar. Il a fallu plusieurs années pour qu’ils soient analysés, mais les découvertes qui en ont découlé valaient la peine d’attendre. L’espèce de dinosaure trouvée dans les fossiles se nomme Kongonaphon Kely. Il s’agit d’un dinosaure appartenant au groupe des ornithodires. Il est le dernier ancêtre commun aux dinosaures et ptérosaures et ne mesurait que dix centimètres. Il était donc certainement plus petit que le téléphone portable sur lequel vous lisez cet article. Il se déplaçait sur ses pattes arrière et se nourrissait de petits insectes à carapace dure.

DANS LA FAMILLE REPTILE …

Il est donc un ancêtre commun aux dinosaures et ptérosaures, deux groupes de reptiles dont on ignore encore les origines puisqu’on a retrouvé que peu de spécimens qui leur étaient antérieurs. Parmi ces quelques cousins éloignés, certains étaient de petite taille, mais considérés comme des exceptions. Mais la découverte de K. kely apporte une nouvelle vision de la situation.

On pensait que la taille de ces espèces était restée relativement fixe. Pourtant la taille de ce dernier spécimen entraîne les scientifiques à penser que ces espèces ont subi un « processus de miniaturisation prononcé » avant d’atteindre les tailles colossales qu’on leur connait.

Margaux Naudin (Rédaction btlv.fr / Source PNAS