fbpx

(ESPACE) Deux galaxies identiques dans l’Univers : le mystère résolu ?

13 octobre 2021 – En 2013, l’astronome Timothy Hamilton découvre deux galaxies absolument identiques. Pourtant, chaque galaxie devrait être unique. Qu’est-ce qui explique ce phénomène ?

“Nous étions vraiment perplexes” explique Timothy Hamilton. “Au début je pensais que c’était peut-être deux galaxies dont les bras s’attiraient mutuellement. Ça n’expliquait vraiment pas tout mais je ne savais pas à quoi penser d’autre”.

Crédit: NASA, ESA, Richard E. Griffiths (UH Hilo), Jenny Wagner (ZAH), Joseph DePasquale (STScI) – Source: STScIYour Content Goes Here

UNE SEULE GALAXIE ?

Il est probable qu’en réalité, il n’y ait qu’une seule galaxie. Elle ferait l’objet d’une illusion de lentille gravitationnelle. 

En 2015, l’astronome Richard Griffiths, de l’Université d’Hawaï, suggère cette idée. Mais qu’est-ce que c’est ? C’est le produit d’un alignement d’objets massifs dans l’espace.

Selon la théorie de la relativité, plus un objet est massif, plus il déforme l’espace-temps : il le courbe. La lumière suit donc cette courbure. Certains objets célestes semblent donc “décalés” lorsqu’on les observe.

Problème : qu’est-ce qui courbe la lumière là où on se trouve ? Eh bien on a découvert, entre nous et l’objet d’Hamilton, un cluster de galaxies qu’on avait mal documenté. Il fait dévier la lumière et crée cet effet de dédoublement.

MIEUX CONNAÎTRE LA MATIÈRE NOIRE

Au-delà d’être une simple illusion, ce phénomène permet d’en savoir un peu plus sur la matière noire. “Ce qui est bien, c’est que nous n’avons besoin que de deux images réfléchies pour que nous mesurions à quel point la matière noire peut être filandreuse ou non à ces endroits”, ajoute Jenny Wagner, astronome à l’Université d’Heidelberg.

Les deux images de la galaxie chevauchent certainement un filament de matière noire, qui génère une forte gravité. Ces filaments connecteraient l’Univers comme une immense toile. 

Malgré tout, la matière noire reste un mystère. On sait qu’elle est sujette à la gravité et qu’elle a une masse. Le reste demeure obscur.

L’ensemble de l’étude a été publiée sur Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) La sonde Lucy est partie aujourd’hui à la conquête des astéroïdes de Jupiter

16 octobre 2021 – La sonde Lucy de la NASA est partie ce matin depuis Cap Canaveral en Floride. Elle se dirigera vers les astéroïdes troyens de Jupiter, corps célestes gravitant autour du Soleil sur la même orbite que celle de la géante gazeuse.

La sonde Lucy voyagera durant six ans avant d’effectuer la majorité de ses observations entre 2027 et 2033. Son but sera d’étudier les astéroïdes troyens, afin de déterminer leur origine et de confirmer ou invalider le modèle de Nice, expliquant la disparité des corps célestes à l’origine de la formation du système solaire. Les astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui se situent à des points stables autour de Jupiter, ils sont situés à plus de 700 millions de kilomètres du soleil et ce sera la première fois qu’ils vont être survolés par une mission spatiale. Une fois arrivée à destination, la sonde pourra commencer à étudier ces objets célestes dont la composition, la densité, la forme permettront par exemple d’en savoir plus sur l’évolution de l’agencement des planètes autour de notre soleil. Les astronomes espèrent que l’étude de ces astéroïdes leur permettra de mieux comprendre la naissance de notre système solaire.

UNE SONDE PORTEUSE D’UN MESSAGE À DESTINATION DE NOS DESCENDANTS

En plus de permettre l’étude des astéroïdes de Jupiter, la sonde Lucy servira aussi de capsule temporelle spatiale à destination de nos descendants.  De fait, elle contiendra des écrits de penseurs majeurs ainsi qu’un schéma de la position exacte des planètes le jour du lancement de Lucy. Le parcours de la sonde a été étudié afin de la rendre facilement accessible pour des descendants disposant d’une technologie largement supérieure. En effet, à la fin de sa mission en 2033  Lucy suivra la même orbite que les astéroïdes troyens autour du soleil ce qui signifie qu’elle pourrait errer dans cette orbite  pour des centaines, des milliers voire des millions d’années. De cette façon, les chercheurs espèrent que la sonde Lucy deviendra une relique archéologique qui pourra être récupérée par des descendants ayant la capacité de voyager jusqu’à Jupiter. Cependant nos descendants auront-ils le temps d’atteindre un tel niveau de technologie avant que l’humanité ne disparaisse est une question que l’on peut se poser.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-10-13T17:43:57+02:0013 octobre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser