fbpx

ESPACE : un mystérieux projectile lancé depuis un satellite russe

27 juillet 2020 — La guerre des étoiles a-t-elle commencé ? Nous assistons peut-être au début d’une escalade militaire. En effet selon les États-Unis la Russie aurait testé une arme anti-satellite depuis l’espace. Une information démentie par Moscou.

Jusqu’à présent, l’attaque d’un satellite sur un autre satellite était purement théorique. Seules des frappes depuis le sol avaient été effectuées par les États-Unis, la Russie, la Chine en 2007 et l’Inde
en 2019, mais ces explosions créent des milliers de débris et les grandes puissances s’abstiennent de renouveler ces essais.

En orbite, les satellites filent dans le vide à des dizaines de milliers de kilomètres par heure, et le moindre choc entre un satellite et un objet peut percer un panneau solaire ou endommager ou détruire tout l’engin, selon la taille de l’objet. Dans l’espace, la différence entre satellite et arme est donc théorique: quelle que soit sa fonction, n’importe quel projectile et donc une arme.
Moscou, d’ailleurs, l’a implicitement reconnu en accusant Washington et Londres d’avoir des programmes de satellites d’inspection ou de réparation pouvant être détournés pour devenir des « armes anti-satellites ».

MISE EN PLACE DE LA SPACE FORCE

L’incident russe pourrait être un message à Washington, en train de mettre en place la nouvelle Force de l’espace, décidée par Donald Trump dans un but affiché de domination. Son patron, le général Jay Raymond, a répété : « L’espace est un théâtre de guerre comme l’air, la terre et la mer ».
En novembre 2019, la Russie a lancé un satellite, baptisé Cosmos 2542. Surprise, la semaine suivante, ce satellite a libéré un sous-satellite, Cosmos 2543, capable de manœuvrer en orbite pour observer, inspecter ou espionner d’autres satellites.
Ce sous-satellite s’est rapproché d’un satellite-espion américain (USA-245), et d’un autre satellite russe, un jeu de chat et de souris en orbite facilement observable depuis le sol par les astronomes et par l’armée américaine, qui s’en est publiquement alarmée.

Pour en savoir plus sur les armes secrètes russes, vous pouvez écouter en replay l’émission avec Jean-Pierre Petit (réservé aux abonnées) 

François Deymier (rédaction btlv.fr/source AFP)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-05-18T16:31:29+02:0027 juillet 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser