fbpx

ESPACE : un mystérieux projectile lancé depuis un satellite russe

27 juillet 2020 — La guerre des étoiles a-t-elle commencé ? Nous assistons peut-être au début d’une escalade militaire. En effet selon les États-Unis la Russie aurait testé une arme anti-satellite depuis l’espace. Une information démentie par Moscou.

Jusqu’à présent, l’attaque d’un satellite sur un autre satellite était purement théorique. Seules des frappes depuis le sol avaient été effectuées par les États-Unis, la Russie, la Chine en 2007 et l’Inde
en 2019, mais ces explosions créent des milliers de débris et les grandes puissances s’abstiennent de renouveler ces essais.

En orbite, les satellites filent dans le vide à des dizaines de milliers de kilomètres par heure, et le moindre choc entre un satellite et un objet peut percer un panneau solaire ou endommager ou détruire tout l’engin, selon la taille de l’objet. Dans l’espace, la différence entre satellite et arme est donc théorique: quelle que soit sa fonction, n’importe quel projectile et donc une arme.
Moscou, d’ailleurs, l’a implicitement reconnu en accusant Washington et Londres d’avoir des programmes de satellites d’inspection ou de réparation pouvant être détournés pour devenir des « armes anti-satellites ».

MISE EN PLACE DE LA SPACE FORCE

L’incident russe pourrait être un message à Washington, en train de mettre en place la nouvelle Force de l’espace, décidée par Donald Trump dans un but affiché de domination. Son patron, le général Jay Raymond, a répété : « L’espace est un théâtre de guerre comme l’air, la terre et la mer ».
En novembre 2019, la Russie a lancé un satellite, baptisé Cosmos 2542. Surprise, la semaine suivante, ce satellite a libéré un sous-satellite, Cosmos 2543, capable de manœuvrer en orbite pour observer, inspecter ou espionner d’autres satellites.
Ce sous-satellite s’est rapproché d’un satellite-espion américain (USA-245), et d’un autre satellite russe, un jeu de chat et de souris en orbite facilement observable depuis le sol par les astronomes et par l’armée américaine, qui s’en est publiquement alarmée.

Pour en savoir plus sur les armes secrètes russes, vous pouvez écouter en replay l’émission avec Jean-Pierre Petit (réservé aux abonnées) 

François Deymier (rédaction btlv.fr/source AFP)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) La sonde Lucy est partie aujourd’hui à la conquête des astéroïdes de Jupiter

16 octobre 2021 – La sonde Lucy de la NASA est partie ce matin depuis Cap Canaveral en Floride. Elle se dirigera vers les astéroïdes troyens de Jupiter, corps célestes gravitant autour du Soleil sur la même orbite que celle de la géante gazeuse.

La sonde Lucy voyagera durant six ans avant d’effectuer la majorité de ses observations entre 2027 et 2033. Son but sera d’étudier les astéroïdes troyens, afin de déterminer leur origine et de confirmer ou invalider le modèle de Nice, expliquant la disparité des corps célestes à l’origine de la formation du système solaire. Les astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui se situent à des points stables autour de Jupiter, ils sont situés à plus de 700 millions de kilomètres du soleil et ce sera la première fois qu’ils vont être survolés par une mission spatiale. Une fois arrivée à destination, la sonde pourra commencer à étudier ces objets célestes dont la composition, la densité, la forme permettront par exemple d’en savoir plus sur l’évolution de l’agencement des planètes autour de notre soleil. Les astronomes espèrent que l’étude de ces astéroïdes leur permettra de mieux comprendre la naissance de notre système solaire.

UNE SONDE PORTEUSE D’UN MESSAGE À DESTINATION DE NOS DESCENDANTS

En plus de permettre l’étude des astéroïdes de Jupiter, la sonde Lucy servira aussi de capsule temporelle spatiale à destination de nos descendants.  De fait, elle contiendra des écrits de penseurs majeurs ainsi qu’un schéma de la position exacte des planètes le jour du lancement de Lucy. Le parcours de la sonde a été étudié afin de la rendre facilement accessible pour des descendants disposant d’une technologie largement supérieure. En effet, à la fin de sa mission en 2033  Lucy suivra la même orbite que les astéroïdes troyens autour du soleil ce qui signifie qu’elle pourrait errer dans cette orbite  pour des centaines, des milliers voire des millions d’années. De cette façon, les chercheurs espèrent que la sonde Lucy deviendra une relique archéologique qui pourra être récupérée par des descendants ayant la capacité de voyager jusqu’à Jupiter. Cependant nos descendants auront-ils le temps d’atteindre un tel niveau de technologie avant que l’humanité ne disparaisse est une question que l’on peut se poser.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-05-18T16:31:29+02:0027 juillet 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser