fbpx

(INDE) Rishikesh est depuis 2014 le haut lieu mondial du yoga

20 juillet 2021 — La ville de Rishikesh  nichée dans les collines verdoyantes du nord de l’Inde, sur les berges du Gang  a été  popularisée par les Beatles il y a cinquante trois ans, et elle reste encore  une destination incontournable pour les adeptes occidentaux du yoga.

« Le soleil est pour tous, la lune est pour tous, les rivières sont pour tous, de la même manière le yoga est pour tous », s’enthousiasme le gourou Swami Chidanand Saraswati, cheveux longs et barbe broussailleuse, qui y tient un ashram.

Depuis 2014,  tous les 21 juin se déroule la journée internationale du yoga, qui a été décrétée par les Nations unies à l’initiative du Premier ministre indien Narendra Modi, qui voit dans le yoga un levier d’influence culturelle de son pays.

« Imaginez cela ! Le Premier ministre est allé à l’ONU et a parlé des bienfaits du yoga… Aujourd’hui le yoga est partout », constate Saraswati à son ashram Parmarth Niketan, des assistants prostrés à ses pieds. À Rishikesh, située à 250 kilomètres au nord de la capitale indienne New Delhi, des légions de touristes étrangers viennent pour les ashrams et écoles de yogas qui ont éclos comme des fleurs de lotus. Un engouement qui n’est pas étranger à la visite de quatre jeunes hommes de Liverpool pendant deux mois en 1968 : les Beatles.

ALBUM BLANC

Venus échapper un temps à la fièvre de la « Beatlemania », en quête d’éveil spirituel et d’immersion dans la culture indienne, les « Fab Four » et leurs familles ont séjourné dans l’ashram du Maharishi Mahesh Yogi – dont Ringo Starr est reparti au bout de dix jours, ne supportant pas la cuisine locale. « Ils ont écrit 48 chansons ici. Nombre d’entre elles figurent sur ‘L’Album blanc’, l’un de leurs enregistrements les plus populaires », explique Raju Gusain, 47 ans, un journaliste local et fin connaisseur de ce séjour mythique. « La visite a complètement transformé les Beatles. »

Le reste du groupe est parti au bout de huit semaines. Le site de leur ashram est à l’abandon depuis 2001, mangé par la végétation. Un programme de restauration et de protection du lieu est actuellement en cours. Le passage des Beatles à Rishikesh a contribué à placer l’endroit sur la carte mondiale du yoga et à la popularisation de la méditation en Occident.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-20T14:04:39+02:0020 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser