fbpx
x

(MYSTÈRE) Un homme accusé d’avoir libéré un fantôme

26 mai 2021 — Alors que nous étions en tournage la semaine dernière au château de Fougeret à la recherche des esprits qui hantent les lieux, en Angleterre, ce sont des policiers qui furent appelés par une femme accusant son voisin d’avoir libéré intentionnellement un fantôme. L’incident s’est déroulé, selon la police, vendredi dernier vers minuit. Le standard a reçu l’appel d’une femme en panique dans la ville de Haywards Heath. Selon Darren Taylor de la police du Mid-Sussex, une femme inquiète a appelé le numéro d’urgence pour signaler que leur voisin avait envoyé un fantôme dans leur maison pour les hanter.

PAS BEAUCOUP DE SOLUTIONS

Bien embêtée devant une telle demande, les policiers n’ont pu que rassurer la femme affolée, en lui suggérant que sa maison avait peu de chances d’être hantée. Des appels comme ceux-ci la police de la région en reçoit visiblement pas mal comme le signale Darren Taylor : « Nous recevons toutes sortes d’appels étranges et particuliers au 999 (ndlr : numéro d’appel d’urgence anglais). Si cela peut parfois amuser les policiers, il rappelle que « les gens doivent être conscients que lorsqu’ils appellent le numéro d’urgence, ils bloquent des personnes qui se trouvent dans une véritable urgence ». Bien sûr la police n’a pas donné suite à cette affaire, ce qui n’a pas été notre cas lors du tournage à Fougeret. Le documentaire étant en cours de montage, nous en saurons plus au mois de juillet lors de la mise en ligne de la première partie.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

Voici une caméra qui fait la taille d’un grain de sel

1er décembre 2021 – Prendre une photo du bout d’un doigt. Des chercheurs de Princeton et de l’Université de Washington ont développé un appareil photo gros comme un grain de sel.

Les nano-caméras existent déjà. Mais elles fournissent souvent des photos avec une basse qualité. Cette nouvelle caméra arrive à produire un rendu très correct… Alors qu’elle est plus de 500 000 fois plus petite qu’un appareil photo classique.

La méta surface fait la taille d’un grain de sel. Crédit : Princeton University

Comment ça marche ? Le dispositif s’aide de l’informatique et d’une nouvelle technologie appelée « méta surface ». Vous voyez, dans un appareil photo ordinaire, l’objectif, qui fait converger le rayon lumineux vers un capteur. 

Ici, on a une surface d’un demi-millimètre de large et pourvue de 1,6 million de petits cylindres disposés en cercle. Chaque cylindre a sa propre conception et fonctionne comme une antenne optique. Grâce à l’apprentissage automatique, tous ces poteaux arrivent à concevoir une image en haute qualité et en couleurs ! 

La méta surface s’affranchit également d’autres contraintes connues par d’autres nano-caméras. Par exemple, les distorsions optiques sont facilement supprimées et la caméra fonctionne très bien dans un milieu naturel. En effet, les micro-caméras ne peuvent fonctionner que dans des conditions très particulières, avec un laser par exemple dans un laboratoire afin de produire une image de bonne qualité. 

À gauche, une photo prise par une nano-caméra classique, à droite, celle développée par les chercheurs. Crédit : Princeton University

Bon, et tout ça, à quoi ça sert ? Cette caméra peut avoir de nombreuses applications dans le domaine médical. On pourrait l’introduire dans le corps humain afin de diagnostiquer et traiter des maladies. 

Sources : Trust My Science et Princeton University

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-05-26T16:28:17+02:0026 mai 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser