Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

9 juillet — Une partie de notre ADN, plus exactement le sucre qui le constitue aurait vu le jour dans le milieu interstellaire ou la nébuleuse protosolaire, ce qui montrerait une naissance universelle de la Vie dans le cosmos.

Cette découverte est due à une équipe française d’astrochimistes, elle a montré qu’au moins une des bases de l’ADN pouvait se former à la surface des poussières glacées dans la nébuleuse protosolaire où est né le Système solaire il y a 4,56 milliards d’années environ. Cette brique de la Vie pouvait donc se retrouver plus tard sur la Terre primitive.

Depuis plusieurs décennies, les scientifiques ont découvert denombreuses molécules organiques, repéréesdans les nuages moléculaires et poussiéreux où naissent les pouponnières d’étoiles et  dont la chimie avait la possibilité de  faire naître la vie.

On a découvert également des molécules organiques dans les nuages interstellaires et l’on sait qu’elles se concentrent dans l’enveloppe de glace, essentiellement d’eau, autour des poussières. On y trouve notamment du méthanol.

On a également recueilli les données du radiotélescope Alma avec celles de la composition de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko qui ont permis de dresser une sorte d’arbre généalogique cosmique des atomes de phosphore composant l’ADN et les membranes de nos cellules.

François Deymier (rédaction btlv.fr/source nature et communications