18 janvier 2022 – Des mathématiciens ont découvert une toute nouvelle loi mathématique en observant les ondulations des dunes.

Si on est assez attentif et assez matheux, on peut voir que notre environnement est régi par des lois mathématiques universelles. Le nombre d’or est l’une d’entre elles.

Les mathématiciens de l’Université de Leipzig ont récemment publié une étude dans Nature Communications ce 10 janvier.

DES DUNES  UNIQUES ET SIMILAIRES A LA FOIS

Les chercheurs se sont intéressés aux grandes dunes, et plus spécifiquement à leurs ondulations. Façonnées par le vent, elles sont uniques et pourtant toujours composées de la même manière. En effet, ces « megaripples » (ndlr : mégaondulation) suivent un schéma bien spécifique, bien qu’elles soient dessinées par le vent de manière aléatoire. Les grains de sables qui se trouvent à l’intérieur sont très fins et ceux extérieurs, très gros.

Et chose elle aussi surprenante, lorsque les mathématiciens divisent le diamètre des grains situés à l’extérieur par le diamètre de ceux à l’intérieur, ils obtiennent systématiquement un nombre « étonnamment » constant.

UNE LOI TERRESTRE ET EXTRATERRESTRE

Les auteurs de l’étude ont étudié des échantillons venant de Chine, d’Inde, d’Israël, de Namibie, de Jordanie, de l’État du Nouveau-Mexique et de l’Antarctique. Et chose nouvelle, ils ont également étudié les données issues des observations de Mars faites par les sondes.

Pour appuyer leur découverte, ils ont reproduit le mécanisme en laboratoire, dans un tunnel à vent.

« Une collection complète de données terrestres et extraterrestres, couvrant un large éventail de sources géographiques et de conditions environnementales, confirme l’exactitude et la robustesse de cette découverte théorique inattendue », expliquent les chercheurs.

Autre fait surprenant, « une signature caractéristique de transport, à l’échelle du grain, est encodée dans les distributions de taille de grain ». C’est-à-dire que la distribution de la taille des grains évolue conjointement avec l’évolution de ces dunes.

La découverte de ce nombre constant pourra sûrement à l’avenir aider les scientifiques a « mieux expliquer la formation de certaines nouvelles vagues de sable mystérieuses récemment observées sur Mars ».

 

Noémie Perrin (rédaction bltv.fr Source Nature Communications)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV