Découvrez le premier site (Vidéo / Audio / Actu) consacré aux sciences alternatives et aux technologies de demain

Regardez et écoutez BTLV gratuitement et sans engagement pendant 7 jours
+3000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

18 septembre 2018 : La cohabitation homme-animal n’a jamais été aussi mauvaise. Des centaines d’éléphants sont tués chaque année pour leur ivoire, des baleines sont massacrées par les Japonais et les abattoirs se livrent à un véritable génocide quotidiennement. C’est peut-être pour ce problème de cohabitation que des animaux sont passés de diurnes à nocturnes. C’est en tout cas ce que nous apprenons dans une étude menée par des scientifiques, dont KaitlynGaynor.

Pour cette dernière, tout autour du monde, de nombreux mammifères ont modifié leur période d’activité afin de ne pas croiser les hommes. Grâce à un système de caméras postées en Tanzanie, les chercheurs ont pu se rendre compte que les antilopes, vivant hors des zones protégées, préféraient se déplacer la nuit et avoir à faire aux lions plutôt qu’à l’homme le jour. Pour KaitlynGaynor : « Les animaux perçoivent une menace, même en l’absence de danger ».

UN PHÉNOMÈNE MONDIAL

L’étude démontre que le phénomène est mondial. Sur les 62 espèces de mammifères observées, celles qui sont persécutées par les humains sont passées de diurnes à nocturnes. D’autres activités humaines, comme le vélo ou la randonnée poussent les animaux à ne sortir que la nuit ou à rester cloîtrés dans la forêt pendant la journée. « Ce qui nous a choqués, c’est la constance de l’effet », a déclaré KaitlynGaynor, à l’origine de l’étude. « Ils perçoivent une menace, même en l’absence de danger ».

UN MAL POUR UN BIEN DANS CERTAINS CAS ?

Si cela semble totalement fou, au Népal, par exemple, cette mutation peut éviter des situations dangereuses. Ici, les tigres ne se rendent plus dans les champs cultivés que la nuit, ce qui évite des drames avec des attaques d’agriculteurs et évite aux félins d’être tués. Malgré tout, les espèces sont en danger, car leur vue n’est pas adaptée à la vie nocturne et trouver de la nourriture ou de l’eau est plus difficile pour certains animaux. Cela risque de raccourcir, voire réduire, la reproduction et de mettre à mal la chaîne alimentaireet avoir des conséquences imprévisibles.

Bob Bellanca (btlv.fr / source The Atlantic)