fbpx
x

(ASTROPHYSIQUE) Les scientifiques supposent que le vide n’existe pas !

8 septembre 2021 — Des astrophysiciens ont mis au point une méthode capable de détecter le rayonnement du vide, et de détecter plus particulièrement les particules de lumière qui apparaissent et disparaissent dans le vide. Jusqu’à maintenant, cela était considéré comme impossible.

Des chercheurs ont mis au point un appareil capable de détecter des paires de photons qui émergent du vide et disparaissent si rapidement qu’ils ne peuvent pas être détectés à l’aide de méthodes connues.

UNE HISTOIRE DE TROUS NOIRS

La nature exacte des trous noirs a été remise en question depuis que la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein a décrit leur possibilité. Parmi les découvertes les plus célèbres, citons la théorie du physicien  Stephen Hawking,  selon laquelle les trous noirs peuvent en fait émettre des photons qui se forment au bord de cet objet.

En parallèle, des physiciens ont étudié les propriétés du vide. Au début des années 1970, lorsque Hawking décrivait comment la lumière pouvait échapper à l’attraction gravitationnelle d’un trou noir, le physicien canadien William Unruh a suggéré qu’un photodétecteur suffisamment rapide pouvait « voir » la lumière dans le vide. Une nouvelle étude menée par des physiciens combine ces deux théories, détaillant la manière dont la lumière a été produite et détectée qui était auparavant considérée comme inobservable.

DE LA MATIÈRE DANS LE VIDE ?

Selon les auteurs, les résultats obtenus au cours de l’étude indiquent comment  la lumière à  la capacité d’apparaitre dans le vide. En physique classique, le vide est considéré comme l’absence de matière, de lumière et d’énergie. En physique quantique, le vide n’est pas si vide – il est rempli de photons qui apparaissent et disparaissent. Cependant, une telle lumière est presque impossible à mesurer. Puisque la physique a montré en théorie que l’observation de la lumière dans le vide est possible, les scientifiques ont également décidé de trouver un moyen de détecter les photons.

Les auteurs de l’étude ont découvert que les défauts à base d’azote dans une membrane en diamant à accélération rapide pourraient conduire à la détection de tels photons. Dans l’expérience proposée, un diamant synthétique de la taille d’un timbre-poste contenant des détecteurs de lumière à vide d’azote est suspendu dans une boîte en métal surfondue qui crée un vide. La membrane accélère à une vitesse énorme et commence à « voir » des paires de photons, formées à partir de l’espace vide. Un article sur la découverte a été publié dans la revue Communications Physics.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-08T17:21:31+02:008 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser