fbpx

(ESPACE) Un nouveau type de moteur à plasma pour aller plus loin dans l’Univers

5 février 2021 — Les scientifiques du laboratoire de physique des plasmas de Princeton (PPPL) et le ministère américain de l’énergie (DOE) travaillent à la conception d’un nouveau moteur pour les voyages dans l’espace.

Pour le moment, seuls les moteurs à carburant chimique peuvent  envoyer un équipage sur les planètes les plus proches. Des physiciens ont proposé un nouveau type de propulsion, il s’agit d’un  moteur à plasma basé sur le phénomène de reconnexion magnétique, dont la poussée calculée permettra d’atteindre plus rapidement Mars et au-delà.

« Je prépare ce concept depuis un certain temps », a déclaré Fatima Ebrahimi, physicienne principale de recherche au PPPL, inventeur du concept et auteur d’un article détaillant l’idée dans le Journal of Plasma Physics. « J’ai eu l’idée en 2017 alors que j’étais assise sur un pont et que je réfléchissais aux similitudes entre les gaz d’échappement d’une voiture et les particules d’échappement à grande vitesse créées par l’expérience NSTX (National Spherical Torus Experiment) du PPPL“, le précurseur de l’actuelle installation de fusion phare du laboratoire. “Pendant son fonctionnement, ce tokamak produit des bulles magnétiques appelées plasmoïdes qui se déplacent à environ 20 kilomètres par seconde, ce qui m’a semblé beaucoup comme de la poussée. »

DE PLUS EN PLUS VITE

Le nouveau concept permettrait d’accélérer les particules grâce à la reconnexion magnétique, un processus que l’on retrouve dans tout l’univers, y compris à la surface du soleil, dans lequel les lignes de champ magnétique convergent, se séparent soudainement, puis se réunissent à nouveau, produisant beaucoup d’énergie. La reconnexion se produit également à l’intérieur de dispositifs de fusion en forme de beignet appelés tokamaks.

Des simulations informatiques réalisées par les auteurs de l’étude ont montré que le nouveau moteur à plasma  pouvait générer un flux de particules à des vitesses de centaines de kilomètres par seconde – 10 fois plus vite que les autres moteurs. Les scientifiques estiment qu’une telle augmentation de vitesse permettra de voyager de la Terre vers les planètes proches en moins de temps que ce qui est possible avec les moteurs de fusée actuels.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Des internautes découvrent un message secret dans le parachute du rover « Perseverance »

24 février 2021 – Des détectives du web affirment avoir réussi à décoder un message secret, caché dans les motifs du parachute qui a aidé le rover « Perseverance », de la NASA à atterrir en toute sécurité sur Mars.

Les utilisateurs des réseaux sociaux Reddit et Twitter ont remarqué que le motif rouge et blanc sur le parachute avait l’air d’avoir été ajouté délibérément. Certains internautes ont alors émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un code secret. Un code se servant de l’écriture informatique binaire. Afin de vérifier cela, ils ont choisi d’interpréter le sens du motif, en remplaçant ses parties rouges par le chiffre 1, le blanc représentant le zéro.

Photo de l’intérieur du parachute, prise par le rover Perseverance. ©NASA

UNE PHRASE SIGNÉE THEODORE ROOSEVELT

A partir de photos prises à l’intérieur du parachute, les internautes affirment que l’expression « osez des choses grandioses » (« dare mighty things ») utilisée comme devise par le centre de recherches spatiale de la NASA : le « Jet Propulsion Laboratory » ; a été codée sur l en utilisant un motif représentant des lettres sous forme de code informatique binaire.

Cette phrase est extraite d’un discours prononcé par le président américain Theodore Roosevelt, en 1899 dans lequel il affirme qu’«il vaut mieux oser des choses grandioses, remporter des triomphes glorieux, plutôt que de se ranger parmi ces pauvres esprits qui ne jouissent ni ne souffrent beaucoup, car ils vivent dans un crépuscule gris qui ne connaît ni victoire ni défaite. »

Chacun des anneaux concentriques du motif du parachute représentent un des mots du message secret. Les zéros et les uns doivent être divisés en morceaux de 10 caractères, auxquelles il faut rajouter 64, afin d’obtenir le code ASCII (norme informatique de codage de caractères), de chaque caractère.

Par exemple, sept bandes blanches, une bande rouge et deux autres bandes blanches représentent 0000000100, le code binaire binaire pour le chiffre. En ajoutant, 64 à ce résultat, cela donne 68, le code ASCII correspondant à la lettre D, en majuscules.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-02-08T14:52:27+01:005 février 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser