fbpx

(ÉVOLUTION) La théorie de Darwin mise à mal par l’intelligence artificielle

22 décembre 2020 – Depuis que la Théorie de l’évolution a été énoncé, il y a 161 ans par Charles Darwin, cette hypothèse a été accepté dans le monde scientifique puis transmise dans les écoles. La théorie de Darwin semble avoir été remise en question par des chercheurs via l’intelligence artificielle. Ils auraient découvert autre chose. D’après le Britannique, une extinction massive des espèces permettrait aux autres, une évolution et une diversification tout aussi importante. Pour exemple, l’extinction des dinosaures au Crétacé-Paléogène quand, environ 60 % des espèces avaient disparus. Les plus petits mammifères auraient alors profité de territoires sans prédateur afin de vivre et d’évoluer en toute quiétude.

L’étude venant de paraître dans Nature met en évidence statistiquement que cette hypothèse et loin d’être toujours vraie :

Il y a 445 millions d’années, probablement à cause de la glaciation, 85 % d’espèces marines ont disparu.

Entre 380 et 360, à cause d’une chute de l’oxygène dans l’eau océanique (ou d’une explosion d’étoile), 75 % des espèces marines ont disparu.

Entre 252 et 245 millions d’années, 70 % des vertébrés terrestres et 95 % des espèces marines ont disparu.

35 % des espèces terrestres et 75 % des espèces marines ont disparu en 201 millions d’années.

Puis, il y a 66 millions d’années, il y a eu environ 60% d’extinction globale.

L’intelligence artificielle a détecté 7 extinctions de masse supplémentaires, 15 radiations de masse, et 2 évènements d’extinction et de radiation de masses simultanées.

Visualisation des impacts à long terme des événements majeurs d’extinction et de « radiation » (création de nouvelles espèces). Les couleurs représentent les périodes géologiques : le quaternaire actuel est représenté en vert et la transition entre le rouge et le bleu marque la fin de l’extinction de masse du Permien (-250 millions d’années) © J. HOYAL CUTHILL ET N. GUTTENBERG

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs se sont servis de la puissance informatique afin de calculer des écarts statistiques de données de 1 273 254 fragments de fossiles de 171 231 espèces. L’IA a alors pu évaluer si une espèce avait pu être contemporaine d’une autre. Cela s’appel la co-occurrence temporelle.

La thèse de la « destruction créatrice » a par ailleurs, laissé place à la « création destructrice » car l’algorithme a mis en évidence qu’une radiation de masse pouvait avoir un effet de dégradation sur l’environnement ; en conséquence, une extinction plus ou moins massive.

Les théories sont parfois rattrapées par l’histoire, même si la réalité est parfois révélée par l’intelligence artificielle. Pour aller plus loin, voici l’émission « Des codes E.T dans notre ADN ? » avec Pierre-Alexandre Ponant (réservé aux abonnés).

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-23T10:29:21+01:0022 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser