fbpx
x

(EXTRATERRESTRE) Découvrez l’astrophysicien qui prépare le premier contact

6 juillet 2021 — Il y a quelques années, en 2016, Denis Villeneuve nous proposait sa version d’un « Premier contact » au cinéma. Depuis, les choses se précisent peut-être avec les révélations du Pentagone qui confirme la réalité du phénomène Ovni. Sans y voir forcément un lien avec les extraterrestres, certains chercheurs comme Mike Garrett, directeur du Jodrell Bank Center for Astrophysics, redoublent defforts pour préparer le premier contact avec la vie extraterrestre.

Cest ce quil a évoqué dans le « Space Show » de Motherboard du magazine Vice. Tous les films de science-fiction nous préparent peut-être sans que lon sen doute à ce premier contact avec une espèce extraterrestre qui nous enverrait un message ou qui débarquerait directement sur notre planète. Nayant aucun idée de ce que cacherait ce premier contact, hostile ou amical, cette réalité future possible nécessite une préparation sérieuse. 

Mike Garrett, est le premier président d’astrophysique de l’université Sir Bernard Lovell de Manchester et directeur du Jodrell Bank Center for Astrophysics, qui aide, en tant quexpert, à développer des protocoles internationaux afin de guider au mieux la recherche d’intelligence extraterrestre. Également, vice-président du comité permanent SETI de l’Académie internationale d’astronautique (IAA), le scientifique travaille avec ses collègues pour établir un processus de contrôle approfondi des signaux de l’espace d’origine potentiellement artificielle. Lors du « Space show », il a évoqué les meilleures options pour ce premier contact.  

ALERTER LE PUBLIC

« Tout dabord, vous pouvez rendre public quelque chose de vraiment important que si vous êtes absolument certain qu’il s’agit vraiment d’un vrai contact et quil ne sagit pas dune interférence qui passe devant votre radiotélescope » a déclaré Mike Garrett avant de rajouter « Il existe un ensemble de protocoles établis en concertation avec la plupart des organisations impliquées dans SETI qui impliquent de suivre des règles pour nous assurer que lorsque nous annoncerons un contact réel, nous en soyons certains à 99,999% ».

Des règles dont le but est d’éviter la diffusion de fausses informations suite à la réception d’un message extraterrestre réel et vérifié et danticiper la question de savoir « si et comment » les humains devraient réagir. Si le sujet paraît totalement inenvisageable pour les plus sceptiques, il est bel est bien envisagé par les membres du comité SETI tout en sachant que ce premier contact est un événement incroyablement difficile à préparer, étant donné que nous ne savons pas à quoi nous attendre d’une espèce exotique intelligente, en supposant qu’elle existe.

« Nous n’avons absolument aucune idée de ce qui existe, et nous n’avons aucune idée de la façon dont nous allons découvrir le premier signal au SETI », a déclaré le scientifique. Une réflexion qui fut la même pour Seth Shostak, l’astronome principal du SETI, lors de sa venue sur BTLV qui nous rappelait qu’à ce jour, aucun signal ne fut probant. Toutefois, comme le souligne Mike Garrett : « La science est surprenante. Les découvertes se produisent généralement d’une manière que nous n’avions vraiment pas prévue ».

« Je serais vraiment surpris si le premier contact était capté par des scientifiques du SETI en obtenant un signal….. Je pense que ce sera quelque chose de complètement inattendu, quelque chose qui nous surprendra de différentes manières, et auquel nous ne sommes probablement pas préparés…L’une des choses que nous savons au SETI est que pour détecter l’intelligence extraterrestre, il faut penser aussi grand que possible, donc l’opinion de chacun compte. Il n’y a pas de bonne réponse à cette question pour le moment, tout le monde peut apporter sa contribution ». Une réflexion de Mike Garrett qui devrait être appliquer par tous les non-croyants et autres zététiciens ce qui rendrait le débat sur la vie extraterrestre un peu moins stérile.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉTRANGE) Un parasite mangeur de langue retrouvé dans la bouche d’un poisson

27 octobre 2021 – A l’heure ou notre santé n’a jamais autant fait la une de l’actualité, on craint de voir surgir de nouveaux virus. C’est ce qu’ont dû penser les travailleurs du parc d’État de Galveston Island au Texas qui ont récemment attrapé un poisson accueillant à son insu un parasite cauchemardesque qui avait dévoré et remplacé sa langue.

Postée sur les réseaux sociaux la semaine dernière, l’information mentionne qu’il s’agit en réalité d’un « poux mangeur de langue ». Selon les scientifiques qui ont étudié le phénomène, le parasite subsiste en pénétrant dans la bouche d’un poisson, en détachant la langue de l’animal et en remplaçant l’organe par lui-même. Le fameux « poux » passe alors le reste de ses jours à se nourrir du mucus de son hôte. 

Le plus dingue est que cette étrange relation parasitaire ne serait pas particulièrement nocive pour le poisson ni, heureusement, pour les humains qui pourraient finir par attraper et manger l’animal. Les mêmes scientifiques affirment que ce « poux mangeur de langue » est « le seul cas connu où un parasite peut remplacer fonctionnellement l’organe de son hôte ». La nature est parfois très bizarre et effrayante

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-07-09T12:08:09+02:006 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser