fbpx

(INNOVATION) Aeroplatforma, un dirigeable titanesque en forme d’OVNI

(INNOVATION) Aeroplatforma, un dirigeable titanesque en forme d’OVNI

22 juin 2021 – Le constructeur russe Airship Initiative Design Bureau Aerosmena (AIDBA) s’est lancé dans un projet pharaonique avec ce dirigeable qui devrait être capable de porter jusqu’à 600 tonnes de fret.

UN DIRIGEABLE AUX MULTIPLES AVANTAGES

Au-delà de sa remarquable capacité de levage en termes de tonnes, ce dirigeable dispose de nombreux autres avantages. Il disposera d’une certaine polyvalence puisqu’il pourra être utilisé comme transporteur, yacht ou hôtel volant ou comme aérotrain pour passagers. On peut donc imaginer dans un futur proche voir émerger un concept de croisière dans les cieux grâce à un dirigeable comme celui-ci. A cela s’ajoute également un avantage économique puisque le coût d’une heure de vol du dirigeable Aeroplatforma sera inférieur à celui d’un avion de transport. Il faut aussi mettre en avant les prouesses techniques de ce dirigeable qui pourra par exemple ramasser du fret depuis une position en vol stationnaire et pourra même charger et décharger des marchandises qu’il y ait ou non une piste. C’est d’ailleurs l’une des principales forces de ce dirigeable, c’est son indépendance, il n’a pas besoin ni d’aéroport ni de pistes qui lui seraient dédiées. Enfin dernier avantage, Aeoroplatforma pourra être considéré comme un transport écologique en raison de sa faible consommation de carburant et participera donc à la diminution de la pollution.

Une des choses qui interpelle avec Aeoroplatforma, c’est évidemment sa forme singulière qui fait tout de suite penser à un OVNI, mais cette forme atypique n’as rien de fantaisiste. Cette disposition particulière est de nature aérodynamique puisqu’elle permet de rendre les atterrissages par vents de travers plus aisé, de plus cette forme atypique permet une meilleure fiabilité. D’un point de vue technique, il faut préciser que l’objectif de pouvoir soulever jusqu’à 600 tonnes n’est pas le seul de la société AIDBA  qui ne va pas construire que des mastodontes. Car Aerosmena prévoit de fabriquer différents modèles avec différentes capacités allant de 20 à 600 tonnes et une autonomie allant de 5 000 km à 8 000 km avec des vitesses allant jusqu’à 250 km/h. Ainsi avec cet audacieux projet, voir des soucoupes survoler le ciel pourrait devenir quelque chose de tout à fait banal.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-06-23T14:35:07+02:0023 juin 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser