16 septembre 2022 – Mercredi soir, une grosse boule de feu a déchiré le ciel écossais sous les yeux médusés des habitants. L’incident impressionnant se serait produit vers 22 heures, heure locale, et aurait duré environ 20 secondes.

Une information confirmé par le réseaux météorologique écossais qui a reçu près de 800 témoignages venant d’Écosse, d’Irlande du Nord et du nord de l’Angleterre.

MÉTÉORITE OU DÉBRIS SPATIAUX ?

Pour les experts cette boule de feu reste un mystère. L’astronome John Maclean, membre de la Royal Astronomical Society, a déclaré au Guardian que « les météorites se déplacent habituellement dans le ciel à une vitesse de 120 à 130 000 km/h alors que les débris spatiaux se déplacent à un tiers de cette vitesse…Voilà pourquoi les débris spatiaux sont visibles dans le ciel beaucoup plus longtemps… une météorite n’est visible que quelques secondes, alors que la boule de feu fut visible pendant 20 secondes. C’est trop lent pour une météorite ».

L’astronome a également souligné que des vidéos de la boule de feu montrent que l’objet se brise d’une manière plus cohérente que si c’était un rocher.

Si l’explication des débris spatiaux semblait résoudre le mystère, il a fallu déterminer le l’origine du « déchet spatiaux » responsable de la boule de feu, ce qui n’a fait que compliquer les choses.

STARLINK ?

Beaucoup ont envisagé que les débris étaient ceux des satellites Starlink alors que le réseaux météorologique écossais a annoncé n’avoir pas trouvé de débris spatial lors de son enquête. « Aucun satellite Starlink était au-dessus Royaume-Uni lors du passage de la boule de feu ».

Le service a également déclaré  que « à ce stade, nous n’avons trouvé aucun déchet spatial connu ou désorbitation de satellite qui pourrait expliquer cette boule de feu ».

À l’heure actuelle, il semble que ni la théorie d’une météorite ni l’hypothèse des débris spatiaux ne correspondent totalement à l’événement qui s’est déroulé au-dessus de l’Écosse mercredi soir.

Toutefois, John Maclean a rappelé que « parfois, il y a des satellites ou des débris d’un lancement spatial, dont nous ne sommes pas informés, en particulier de Chine ».

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr Source The Guardian)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV