Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

26 juin 2020 — On sait depuis bien longtemps que l’espace et les autres planètes sont des milieux hostiles pour l’homme. Depuis les débuts de la conquête spatiale on envisage le maximum pour protéger les astronautes, cosmonautes  spationautes ou encore taïkonautes.

Mais lors des long séjours les commodités sont également un enjeux important. Car uriner et déféquer dans l’espace quand on flotte dans l’espace ce n’est pas toujours évident.

La NASA qui se prépare actuellement en envoyer des hommes de nouveau sur la Lune, cherche de nouvelles idées, des nouveaux concepts plus petits, plus efficaces et adaptés à la faible gravité lunaire.

L’agence spatiale américaine vient de lancer un appel à projets avec 35.000 dollars de prix.

« Ce défi espère susciter des approches radicalement nouvelles et différentes au problème de la collecte et du stockage des déchets humains », écrit l’agence spatiale américaine dans la prose technique dont elle est coutumière.

Lors des premières missions, il y a plus de 50 ans Les astronautes d’Apollo faisaient dans un sac (au moins cinq sont restés sur la Lune, selon des archives officielles), et les toilettes de la Station  spatiale internationale fonctionnent aujourd’hui avec des systèmes de tuyaux et d’aspiration, apesanteur oblige.

La NASA accordera trois prix (20.000, 10.000 et 5.000 dollars) aux inventeurs les plus créatifs pour un système à installer dans l’alunisseur qui ramènera deux astronautes sur la Lune d’ici 2024, selon le calendrier officiel ;

Si vous êtes intéressés  la date limite du concours est le 17 août)

François Deymier (btlv.fr/source NASA)

L’astronaute de l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale Aki Hoshide, ingénieur de vol effectue le retrait et le remplacement de la pompe à eau DKiV

(Crédit NASA)