fbpx

(SCIENCE) Une nouvelle protéine a permis à une souris paralysée de marcher

20 janvier 2021 — Un espoir vient de naître pour les personnes paralysées à vie suite à une blessure à la moelle épinière. Des scientifiques allemands ont réussi à rétablir la capacité de marcher chez des souris. Pour aboutir à ce résultat révolutionnaire, ils ont utilisé une protéine de signalisation synthétisée en laboratoire.

Cette nouvelle protéine peut résoudre ce handicap lourd: une seule injection suffit pour restaurer la fonction des motoneurones. Un article sur la découverte a été publié dans la revue Nature Communications.

ABSENCE DE SIGNAUX ENTRE LE CERVEAU ET LES MUSCLES

Les lésions de la moelle épinière sont parmi les plus graves. Les fibres nerveuses endommagées, que l’on appelle les axones, ne peuvent plus transmettre de signaux entre le cerveau et les muscles, ce qui conduit souvent à la paralysie des membres inférieurs. De plus, ces axones ne se régénèrent pas, le patient peut donc rester paralysé à vie. Dans des études précédentes, les scientifiques ont utilisé la stimulation électrique pour contourner les zones endommagées des fibres nerveuses ou transplanter des cellules nerveuses en régénération d’une autre partie du corps vers le site de la blessure. Les auteurs du nouveau travail ont imaginé une technique différente : ils ont développé une protéine capable de restaurer la fonction des fibres nerveuses pour conduire les signaux électriques.

©Lehrstuhl für Zellphysiologie

UNE  SEULE  PIQÛRE NÉCESSAIRE

Les scientifiques ont nommé le nouveau composé hyperinterleukine-6 ​​(hIL-6). Cette molécule est une cytokine qui ne se produit pas naturellement. Il est basé sur un peptide naturel- Un peptide est un polymère d’acides aminés- modifié par génie génétique. Dans l’étude, les chercheurs ont testé hIL-6 chez des souris avec un modèle de lésion de la moelle épinière qui a entraîné une paralysie de la patte arrière. Les auteurs ont donné des instructions génétiques pour la production de hIL-6 dans le virion-Le virion est l’une des formes extracellulaires d’un virus-  et les ont injectées dans le cortex sensorimoteur de la souris. En conséquence, les motoneurones juste après d’injection ont non seulement commencé à produire eux-mêmes la hIL-6, mais l’ont également transmise par les axones à d’autres neurones responsables d’actions telles que la marche. En quelques semaines, les souris ont pu à nouveau utiliser leurs pattes arrière en marchant. Dans ce cas, une seule injection suffit.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2021-01-20T17:11:32+01:0020 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser