20 juillet 2022 – La Lune est décidément l’endroit où il faut être. De nombreux projets proposent l’exploitation de ses ressources. Malheureusement, le problème reste la vie des futurs ouvriers sur le satellite naturel de la Terre.

Devant une telle problématique, des ingénieurs japonais ont développé le concept d’une structure rotative qui pourrait permettre aux humains, un jour, de vivre sur place. Car quelque soit l’amélioration du confort dans les stations spatiales, il manquera toujours un environnement gravitationnel équivalent à celui de la Terre. Sans celui-ci lles astronautes auront toujours, à long terme, de gros problèmes de santé.

DE L’EXERCICE

Pour le moment, les astronautes à bord de la Station Spatiale Internationale tentent d’atténuer les effets à long terme de l’apesanteur en faisant de l’exercice. Mais les scientifiques le savent bien, cela ne peut offrir qu’un certain degré d’efficacité, et ne suffirait pas à quelqu’un qui devrait passer la majeure partie de sa vie dans l’espace.

Même si les futurs colons de la Lune et de Mars s’en tireront un peu mieux en raison d’une certaine gravité affichée sur ces deux astres, ce ne sera toutefois pas suffisant pour les garder en bonne santé physique au fil des années ou des décennies.

UNE SOLUTION ?

Afin de résoudre ce problème, les ingénieurs de l’Université de Kyoto et de la Kajima Corporation au Japon ont développé un concept de bâtiment futuriste en rotation capable de produire une gravité artificielle grâce à la force centrifuge. Voilà pourquoi dans les films de science-fiction, les vaisseaux interplanétaires sont souvent en rotation.

Connue pour le moment sous le nom de « The Glass », cette structure en forme de super cône aurait un rayon d’environ 100 mètres, une hauteur de 400 mètres et effectuerait une rotation toutes les 20 secondes. L’objectif, selon les responsables du projet, est d’en construire une sur la Lune avant la fin du siècle.

Avec un tel défi à relever, l’équipe de chercheurs a également élaboré un plan pour construire un réseau de transport à grande vitesse reliant la Terre à d’autres mondes, ainsi qu’un biome futuriste dans lequel les gens pourraient vivre et travailler.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr Source Gizmodo)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV