fbpx
x

(CLIMAT) L’orbite lunaire pourrait entraîner des inondations record dès 2030

13 juillet – On ne peut que le constater, le temps est perturbé. Certains y voient un dérèglement climatique, d’autres un réchauffement ou un cycle naturel de la planète. Quoi qu’il en soit, on remarque une augmentation de la fréquence et de la gravité des cyclones et des ouragans. Si tout le monde tente de trouver le responsable, une nouvelle étude démontre qu’il va falloir, dans les années qui viennent, faire avec le changement de l’oscillation de l’orbite lunaire. Un changement qui menace de faire des ravages sur les côtes américaines. Habituées des « inondations nuisibles » qui le long des côtes envahissent les rues et font déborder les égouts, les villes américaines de bord de mer doivent se préparer au pire. Une nouvelle étude de la NASA prévient que les inondations nuisibles deviendront beaucoup plus fréquentes aux USA dès les années 2030. Pour ses auteurs, la majorité du littoral américain devrait enregistrer trois à quatre fois plus de jours de crue à marée haute et chaque année pendant au moins une décennie.

L’étude, publiée le 21 juin dans la revue Nature Climate Change (ndlr : en anglais), prévient que ces jours d’inondations supplémentaires ne seront pas répartis uniformément sur l’année, mais sont susceptibles de se regrouper sur une période de quelques mois seulement. Là est le danger, car les régions qui ne subissent pour le moment que deux ou trois inondations par mois pourraient bientôt faire face à une douzaine ou plus.

DES PERTURBATIONS NOTABLES

Cette augmentation des périodes prolongées d’inondations côtières entraînera des perturbations majeures dans les vies et les moyens de subsistance. Les chercheurs conseillent à toutes ces villes et à leurs communautés de s’y préparer le plus vite possible pour y pallier. Pour Phil Thompson, professeur adjoint à l’Université d’Hawaï : « C’est l’effet de l’accumulation des inondations, qui au fil du temps, aura un impact ». Des effets qui seront ressentis au sein même de la société. Les parkings des entreprises risquent d’être inondés et empêcheront les employés d’y travailler. Pour le chercheur « les égouts de la ville ne pourront pas absorber toute l’eau et déborderont ».

UNE AUGMENTATION MONDIALE DU NIVEAU DE LA MER

 On le voit, la banquise fond à vue d’œil, en conséquence, le niveau moyen mondial des océans a augmenté d’environ 25 cm depuis 1880, dont environ un tiers au cours des 25 dernières années. D’ici l’an 2100, le niveau de la mer pourrait avoir monté de 30 cm à 2m50 ce qui sera catastrophique pour les humains qui suivront. Cela engendrera des flux migratoires importants avec tous les problèmes que cela pourra apporter. Si on sait depuis longtemps que la lune influence les marées, ce que l’on sait moins c’est que sa puissance d’attraction n’est pas égale d’une année sur l’autre. Une « oscillation » sur son orbite, qui modifie légèrement sa position par rapport à la Terre sur un cycle de 18,6 ans.

Durant la moitié de cette période, la lune influence nos marées, ce qui entraîne des marées hautes plus basses et des marées basses plus élevées. Pour l’autre moitié du cycle, les marées sont amplifiées, avec des marées hautes plus hautes et des marées basses plus basses, selon la NASA. Malheureusement pour nous, nous traversons actuellement une première partie du cycle d’amplification des marées et le prochain commencera au milieu des années 30, mais d’ici là, le niveau mondial de la mer aura suffisamment augmenté pour rendre ces marées hautes plus élevées que la normale et particulièrement importantes, selon les chercheurs. À cause de l’effet combiné de l’élévation du niveau de la mer et du cycle lunaire, les inondations à marée haute augmenteront rapidement sur toute la côte américaine. Pour les scientifiques, dans plus de 10 ans, les inondations à marée haute passeront « d’un problème régional à un problème national » avec une majorité des côtes américaines affectées. Le mieux est de commencer à s’y préparer dès maintenant, avant qu’il ne soit trop tard », ont conclu les auteurs.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr source Nature Climate change)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(INNOVATION) L’armée américaine s’est dotée de fusils qui visent et tirent automatiquement

27 octobre 2021 – L’armée américaine s’est récemment procuré des SMASH 2000, un système de visée informatisé qui grâce à un algorithme permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser.

Afin de permettre à ses soldats de mieux viser et donc d’être plus efficace, l’armée américaine a décidé de miser sur le SMASH 2000. Il s’agit d’un système de visée informatisé qui en apparence ressemble à une lunette classique, qui se glisse sur le haut d’un fusil d’assaut. Le système fonctionne grâce à une caméra et un laser qui permet de déterminer la distance entre l’arme et la cible. Un algorithme intégré permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser. En d’autres termes il s’agit de viseurs intelligents conçus pour aider les tireurs à repérer les cibles et à leur montrer ensuite le point de visée le plus optimal à engager, même lorsqu’ils se déplacent.

UNE SORTE DE ROBOT TUEUR

En plus de constituer une redoutable aide à la visée, le système SMASH 2000 peut au militaire quand et où tirer d’une certaine façon c’est la machine qui prend le tir en main. En fait, avec cette technologie, une fois que la lunette a acquis sa cible, le militaire n’a plus qu’à presser la détente de son arme et laisser le système électronique prendre en charge le tir. C’est donc l’algorithme qui décide de faire feu lorsqu’il est certain que la balle peut toucher sa cible. En outre, bien qu’il soit sous le contrôle d’un soldat, c’est donc tout de même le SMASH 2000 qui prend la décision finale, on peut donc le voir comme un robot tueur. Ainsi cette technologie montre que petit à petit l’intelligence artificielle prend de plus d’importance dans l’armée.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-13T15:29:06+02:0013 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser