19 février 2021 — Cela pourrait être le scénario d’un film catastrophe, mais la réalité rattrape la fiction. Les grandes villes commencent littéralement à s’enfoncer sous leur propre poids, selon de nouvelles recherches. C’est très dangereux car en même temps on ne peut pas ignorer la montée des eaux dues au changement climatique. Les scientifiques craignent que cela n’entraîne l’inondation des grandes villes côtières.

Dans une étude publiée dans la revue AGU Advances , les scientifiques ont découvert que les grandes villes sont si lourdes que la lithosphère, la coque extérieure de la Terre, s’affaisse en fait sous elles.

Selon les géologues, la ville de San Francisco a chuté de 80 millimètres depuis sa création. Le problème est que la côte de San Francisco est menacée par l’élévation du niveau de la mer – d’ici 2050, le niveau de la mer augmentera de 300 millimètres. Son affaissement lent sous son propre poids soulève désormais des inquiétudes supplémentaires.

LES POPULATIONS SE DÉPLACENT VERS LES RÉGIONS CÔTIÈRES

On constate que  la population mondiale a choisi de se déplacer de plus en plus vers les régions  côtières,  et augment ainsi les risques d’affaissement des villes, sans oublier l’élévation du niveau des mers à cause du changement climatique, le tout pouvant accélérer le risque d’inondations catastrophiques.

Les villes sont si étendues et si peuplées que les scientifiques estiment à environ 1,6 billion de kilo le poids de San Francisco. Un poids aussi énorme peut entraîner une modification du niveau des blocs de failles – des dalles de roche flottantes qui composent la surface de la Terre.

Les chercheurs alertent sur la nécessité d’utiliser des photographies satellites ou des photographies aériennes pour mener une analyse plus détaillée des zones inondables. De plus les effets du changement climatique deviennent de plus en plus visibles, et peuvent contribuer à la disparition des  villes côtières.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV