fbpx

(ÉPIGÉNÉTIQUE) Comment les gènes déterminent les traits de notre visage ?

10 février 2021 — Le nez, les lèvres, l’ovale du visage, les sourcils et autres traits du visage sont différents pour chaque personne. Mais comment se sont-ils formés et de qui l’homme moderne les a-t-il hérités?

Ce n’est que depuis une vingtaine d’année que les scientifiques ont pu analyser les données génétiques complexes de milliers de personnes. Avec l’avènement de la technologie de séquençage du génome entier, les chercheurs ont pu collecter une grande quantité d’informations sur l’ADN des humains et des animaux et ainsi trouver diverses corrélations entre la structure des gènes et les traits qu’ils codent.

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Science Advances, les biologistes ont comparé les différences entre les génomes des personnes et la forme de leurs visages. Les scientifiques ont évalué quantitativement le visage à l’aide de 59 indicateurs, mesurant la distance entre certains points du visage, les angles et entre les lignes droites composées de ces points et le rapport des longueurs des lignes tracées. Pour les mesures, les chercheurs ont pris des photos de profil des participants.

© UCL, Université d’Aix-Marseille et équipe de recherche de l’Open Université

DES CROISEMENTS ENTRE RACES HUMAINES

Les biologistes ont trouvé 32 gènes codant la forme de certaines parties du visage. En conséquence, les auteurs ont découvert que le gène TBX15, associé à la forme des lèvres, était très probablement attribuable aux personnes modernes des Denisoviens. Ces peuples anciens qui vivaient sur le territoire de l’actuelle Asie centrale, selon les recherches, ils se sont croisés avec l’homo sapiens. Pour cette raison, certains des fragments d’ADN hérités d’eux peuvent encore être trouvés dans le génome des habitants autochtones des îles du Pacifique et d’Amérique du Nord.

Les auteurs suggèrent que le gène TBX15 chez les Denisoviens les ont aidés à distribuer efficacement la graisse corporelle afin de survivre dans le climat froid de l’Asie centrale. Les résultats de cette étude peuvent aider à comprendre comment les traits du visage ont changé au cours de l’évolution humaine. En outre, les scientifiques pensent que leur découverte peut être utilisée pour traiter divers troubles qui entraînent une distorsion de la forme normale du visage.

l’ADN est un sujet bien complexe, pour avoir une autre vision de ce sujet, vous pouvez regarder en replay « Des codes E.T dans notre ADN ? » avec Pierre-Alexandre Ponant.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2021-02-10T15:31:06+01:0010 février 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser