13 octobre 2021 — Les astronomes ont découvert d’étranges signaux radio qui peuvent provenir de planètes invisibles. Les modèles suggèrent que certains d’entre eux pourraient être générés par des interactions entre les champs magnétiques des planètes et leurs étoiles mères. Si les calculs sont corrects, la nouvelle découverte donnera à l’humanité une toute nouvelle façon de détecter les exoplanètes

À l’heure actuelle, plus de 4 500 exoplanètes ont été découvertes en orbite autour d’étoiles lointaines. La plupart d’entre elles sont détectées à l’aide de la méthode du transit, basée sur le fait que la lumière de l’étoile diminue légèrement lorsque la planète passe devant elle. De plus, il existe une méthode de mesure de la vitesse radiale, dans laquelle les astronomes observent les oscillations d’une étoile dues à l’influence gravitationnelle des exoplanètes sur son orbite. Progressivement, d’autres méthodes apparaissent dans l’arsenal des scientifiques, par exemple la microlentille gravitationnelle.

Des astronomes d’ASTRON, de l’Observatoire national des Pays-Bas et de l’Université du Queensland en Australie ont expérimenté la détection de planètes à l’aide d’ondes radio à l’aide du télescope LOFAR (Low Frequency Array).

L’équipe a examiné des naines rouges; petites étoiles avec une forte activité magnétique qui provoque des éruptions et des émissions radio. Trouver ces étoiles était un exploit en soi, car à de grandes distances de la Terre, l’espace devient assez « bruyant » et il est difficile d’y séparer les objets individuels. Mais la sensibilité accrue de LOFAR a permis aux astronomes de trouver jusqu’à 19 naines rouges.

Parmi celles-ci, quatre se sont avérées particulièrement intrigantes – il s’agissait de vieilles étoiles à activité magnétique réduite, ce qui signifie qu’elles « ne devraient pas » apparaître dans l’enquête. Lorsque les astronomes ont modélisé la source de ces étranges signaux radio, la meilleure explication était que les étoiles étaient en orbite avec des planètes encore cachées aux yeux humains.

Les étoiles émettent d’énormes quantités de matière et de particules chargées dans l’espace environnant, qui sont collectivement appelés vents stellaires. Lorsqu’elle interagit avec les champs magnétiques des planètes, des aurores et des ondes radio sont générées, surtout si la planète projette sa propre substance dans l’espace. Une telle interaction peut être observée dans notre système entre Jupiter et son satellite Io. L’équipe soutient qu’une explication similaire fonctionne mieux pour les signaux radio de ces quatre naines rouges étranges.

Pour le moment, aucune planète pouvant orbiter autour de ces étoiles n’a encore été découverte, mais le modèle est assez intrigant en soi. L’équipe dit qu’à l’avenir, les radiotélescopes pourraient être suffisamment sensibles pour confirmer l’existence d’exoplanètes autour des naines rouges, puis tout se mettra en place.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV