Mercredi 12 janvier – La vie est parfois mystérieuse. Récemment, la FAA (Fédération Administrative Aérienne) a imposé un « Ground Stop Order (ordre d’arrêt au sol) à tous les avions qui circulaient dans l’ouest américain.

Le « Ground Stop Order » a été ordonné lundi 10 janvier, aux alentours de 14H30. Effectivement, à ce moment, tous les avions qui survolaient la zone pacifique des États-Unis et de Hawaï ont eu l’obligation de se poser immédiatement. La règle fut la même pour ceux qui se trouvaient au sol, pendant 20 minutes, l’activité a été totalement stoppée.

En revanche, la dernière fois qu’un tel évènement est arrivé remonte aux attentats du 11 septembre 2001. L’activité aérienne avait été immédiatement arrêtée lorsque des avions détournés ont touché les tours jumelles du World Trade Center.

MAIS QUELLE EST LA RAISON DE CE « GROUND STOP ORDER » ? 

Actuellement, aucune déclaration officielle a été faite concernant la raison.

Un tweet présente un message radio lors de ce «ground stop order» : « l’arrêt au sol du trafic aérien sur la côte ouest aujourd’hui, voici Burbank ATC disant à un pilote en raison d’un problème de sécurité nationale qu’il ne peut pas simplement voler pour éviter l’arrêt et doit atterrir. « J’ai besoin que vous alliez de l’avant et que vous atterrissiez à Van Nuys à ce moment-là. » »

Certains émets quelques hypothèses.

La première : la plus probable, est qu’un missile aérien de la Corée du nord ait survolé la zone. En effet, à quelques minutes d’intervalles les coréens lancaient un missile hypersonique. La mission fut réussie, puisqu’il a finit par atteindre sa cible, sans doute dans le Pacifique.

La deuxième : Bien moins probable, mais après tout la raison n’a toujours pas été donnée, la présence d’un ovni. Les manifestations sont très présentes aux États-Unis. Régulièrement des témoignages et des photos sont rapportés comme celle d’ovnis photographiés au large des côtes de la Floride. Le pentagone se penche sur la question, et une cellule de recherche a même été créée pour ces phénomènes. Le mystère n’est toujours pas élucidé et laisse la porte ouverte à toutes les interprétations.

Valentin Rican (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV