fbpx

(MYSTÈRE) Avant le départ du Titanic, il y aurait eu un incendie à bord

19 décembre 2020 – À 23 h 40, le 14 avril 1912, le Titanic percute un iceberg et sombre dans les eaux froides du nord de l’océan Atlantique. La glace est-elle seule responsable de la perte de 1 500 passagers ?

Le journaliste Irlandais, Selan Molony, nous donne d’autres indices dans le documentaire « Titanic : The new evidence » après avoir passé 30 ans de sa vie à étudier l’histoire du « plus grand paquebot du monde ». Il s’appuie sur des photographies prises par l’ingénieur en chef du paquebot avant qu’il ne sorte du chantier naval de Belfast. « De nouvelles photos découvertes dans un album qui n’avait pas été ouvert depuis 100 ans montrent une distorsion sur la partie droite de la coque qui n’est pas un reflet. La déformation est à la place exacte où l’iceberg a été frappé ».

Dans son documentaire, le journaliste annonce qu’une partie de la coque aurait été ravagée par les flammes pendant plusieurs jours. 12 hommes auraient été chargés d’éteindre l’incendie pour que le paquebot puisse prendre la mer comme prévu. Selan Molony illustre ce qu’il avance avec des clichés qui montrent d’immenses marques noires qui mesurent jusqu’à 10 mètres de haut, au niveau de la partie avant-droite de la coque. Il explique que si le bateau était resté à quai, « la Grande-Bretagne n’aurait plus été maîtresse de la mer ! ».

L’INCENDIE AURAIT ÉTÉ CACHÉ AU PUBLIC

Les traces auraient été cachées par la compagnie. Des employés du navire auraient dissimulé les dégâts sous de la peinture noire et, d’après Senan Molony, « de façon inhabituelle, le navire a même été renversé dans son poste de mouillage à Southampton pour empêcher les 2500 passagers de voir le côté marqué ». Il rajoute : « Le bateau a été soumis à une inspection pendant trois jours avant de prendre le large, mais le feu hors de contrôle n’a jamais été mentionné ». Le journaliste pense que « le paquebot n’aurait jamais dû être mis à la mer ». D’ailleurs, des experts en métallurgie lui aurait dit : « lorsque vous obtenez un tel niveau de température – s’élevant entre 500 et 1000 degrés – contre l’acier, il devient fragile et réduit sa résistance jusqu’à 75% ».

Le Titanic le 14 avril 1912

Selon l’article de The Independent paru en octobre 2011, la thèse de l’incendie aurait déjà été proposée par un certain Ray Boston en 2008. Les photos de Senan Molony semblant confirmer l’hypothèse de l’incendie, si cette théorie est vraie, le Titanic aurait-il pu continuer son voyage même après l’impact avec l’iceberg ?

Dans tous les cas, une société Américaine va tenter, pour la troisième fois, une expédition pour faire visiter l’épave du bateau le plus célèbre du monde (voir l’article de la rédaction btlv.fr).

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-19T16:18:04+01:0019 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser