fbpx

(ESPACE) 2021, devrait être une année riche sur la recherche du phénomène OVNIs

12 janvier 2021 — En ce début d’année 2021, Canal + parie sur les OVNI(s). Pour s’en moquer ou évoquer le phénomène avec sérieux et rationalité ? Il faut dire que cette année devrait être riche en révélations. L’année dernière, le président Trump a signé le projet de loi de financement gouvernemental de 2,3 milliards de dollars appelé COVID-19. Une disposition de ce texte prévoit que le Pentagone et les agences de renseignements ont 180 jours pour communiquer leurs connaissances du dossier  OVNI (voir l’article de la rédaction)

On attend également pour la fin du mois, le livre de Ari Loeb : Le Premier Signe d’une vie intelligente extraterrestre.

OVNIs UNE SERIE BURLESQUE ET POÉTIQUE

Cette semaine Canal + a commencé à diffuser « OVNIs » une série sur l’histoire du Geipan. C’est une sorte de ‘ »X-files » ancré dans la France des années Giscard. On y suit les tribulations de Didier Mathure, un ingénieur spatial divorcé, plus préoccupé par son travail que ses enfants, qui se retrouve sur la sellette après l’explosion d’une fusée, en 1978. Muté à la tête du Geipan, le groupe d’études des phénomènes aérospatiaux non-identifiés – réellement créé par le CNES, l’agence spatiale française, en 1977 à Toulouse -, ce cartésien dans l’âme va voir ses certitudes vaciller au contact de collaborateurs loufoques.

EN FRANCE, LA SCIENCE DES OVNIS CEST LE GEIPAN

Dans sa quête de recherche, Canal + proposera également à partir du 1er février, un documentaire :Le bureau des OVNIs de Dominique Filhol – le réalisateur de l’excellent documentaire « Ovnis : une affaire d’États ». Vous pouvez voir en replay l’émission que nous avions consacré à ce documentaire (réservé aux abonnés)  avec Dominique Filhol, Nico Augusto et Pascal Fechner. btlv.fr vous proposera une émission sur ce documentaire avec Dominique Filhol et Jean-Jacques Velasco dans le courant du mois de Février

9000 RECUEILLIS TÉMOIGNAGES EN 43 ANS

Le Geipan est un groupe d’investigation sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés, qui recueille minutieusement, depuis plus de 40 ans, des témoignages pour y apporter une explication rationnelle.   Le bureau fut créé en 1977 à l’initiative de Claude Poher, un scientifique français inspiré par l’astronome Josef Allen Hynek, pionnier américain de l’ufologie, la discipline dévolue aux objets volants non identifiés.

Sa mission: l’étude des phénomènes spatiaux non identifiés -« PAN » – terme préféré à celui d' »ovnis » car les apparitions célestes ne sont pas tous des objets: barres colorées, boules de feux, points lumineux disparaissant d’un coup, traces circulaires dans un champ laissant imaginer l’atterrissage d’une soucoupe volante…

Au total, plus de 9.000 témoignages rapportant ce type de phénomènes à travers la France ont été recueillis depuis la création du bureau. Ils sont aujourd’hui archivés dans une base de données qui constitue un véritable « patrimoine socio-culturel », selon Roger Baldacchino, aux manettes du Geipan (ex-Gepan) depuis 2019.

Sur les 600 à 800 signalements reçus chaque année, environ 200 donnent lieu à une enquête – souvent à distance, parfois sur le terrain.

Le Geipan finit généralement par trouver une explication, dont il publie les résultats sur son site.

Derrière ces phénomènes se cachent plus généralement des satellites, des débris de fusée, des lasers de discothèques, des lanternes thaïlandaises…

Formés en psychologie, les enquêteurs guident le témoin, recherchant la méprise, « sans mépris ».

Une cause fréquente de confusion est l’effet autocinétique, illusion d’optique qui se manifeste en l’absence de repère autour du point lumineux,et peut donner l’impression qu’une étoile se déplace.

Au début du premier confinement, le bureau a croulé sous les appels: la société américaine Space X venait de lancer ses premières constellations de satellites, formant des ensembles points blancs alignés encore jamais vus. « Certains pensaient à une invasion extraterrestre responsable du Covid ! », rapporte Roger Baldacchino.

Seuls 3,5% des cas restent non élucidés et sont alors classés « PAN D »: « non identifiés ».

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Le FBI enquête sur un OVNI cylindrique aperçu par des pilotes

27 février 2021 – « Ça ressemblait à un long objet cylindrique ». Voici un extrait de l’enregistrement d’une conversation du 21 février dernier entre le pilote d’un Airbus A320 d’American Airlines et le centre de contrôle aérien d’Albuquerque (Nouveau-Mexique).

Illustration d’un Airbus A320 accompagné d’un objet volant cylindrique (Thierry Penin)

Enregistré par Steve Douglas (un « intercepteur radio ») connu pour avoir déjà rendu publics des incidents identiques (via le blog Deep Black Horizon), l’équipage du vol AA2292 reliant Cincinnati à Phoenix (Etats-Unis) aurait donc signalé la présence d’un OVNI cylindrique dans le ciel. C’est à 1 heure 20 du matin CST que le pilote de l’A320 a pris contact avec le centre de contrôle : « Avez-vous repéré une cible ? Nous avons vu quelque chose juste au-dessus de nous – je déteste dire cela mais ça ressemblait à un long objet cylindrique presque comme un missile de croisière. Il se déplaçait très vite, juste au-dessus de nous. » Le 24 février, la FAA (Federal Aviation Authority) a confirmé le récit du pilote.

L’Airbus d’American Airlines volait à environ 460 miles par heure, et à 36 000 pieds au-dessus de l’angle nord-est du Nouveau-Mexique au moment de l’observation. D’après Steve Douglas, aucune présence aérienne militaire significative n’a été notée dans cette zone aérienne à ce moment-là, les autorités aériennes ont précisé que les contrôleurs aériens n’avaient détecté aucun objet sur leurs radars au moment de l’observation et l’armée dit ne pas avoir tiré de missile. Le site Fox News relate les propos de Scott Stearns, le chef des affaires publiques de White Sands Missile Range : il n’y avait pas de test dimanche et que la distance entre le champ de tir et le nord-est du Nouveau-Mexique est d’environ 400 miles. Il a également livré :  » Nous n’avons aucune idée de ce que cela aurait pu être ou si quelque chose de similaire a déjà été vu dans cette zone « . Est-il alors envisageable que les pilotes de l’Airbus aient pris un Learjet (LJ60) pour un OVNI cylindrique, puisque ce dernier serait passé devant l’appareil, à un peu plus de 900km/h, 9 minutes avant l’appel de l’équipage au centre de contrôle aérien ? Des pilotes Américains expérimentés auraient-ils pu ne pas reconnaître un Learjet, regardent-ils trop la série OVNI(s) de Canal + ?

Un Learjet 60

Si il arrive que des pilotes observent des événements aéronautiques parfois particuliers voire singuliers, il est tout de même rare qu’une compagnie aérienne de ce gabarit signale ce type d’événement : « À la suite d’un débrief avec notre équipage et de ces informations complémentaires, nous pouvons confirmer que cette transmission radio provenait bien du vol 2292 d’American Airlines du 21 février. Pour toute question supplémentaire à ce sujet, nous vous encourageons à contacter le FBI.» Le Daily Mail, qui rapportait cette information mardi, a contacté la FAA afin d’authentifier l’enregistrement audio de Steve Douglas. Est-ce ce qui a motivé la compagnie aérienne à communiquer sur l’incident ou le fait que The War Zone était en possession de l’enregistrement ? Désormais, le FBI est sur le coup mais rassurez-vous, aucune abduction d’A320 n’a été signalée et l’avion a bien atterri à Phoenix (Arizona) comme prévu.

Voir également les articles « L’équipage d’un Airbus A320 observe et filme un OVNI en vol au dessus du Pakistan » ,  « Le mystérieux phénomène des OVNIs Donuts » , « Un OVNI en Meurthe-et-Moselle » et les émissions « GEIPAN, le bureau des OVNIs » avec Dominique Filhol & Jean-Jacques Velasco (Ex Dir du GEIPAN) et « OVNI(s) en Italie : L’affaire Zanfretta » avec Paola Garijo (réservé aux abonnés).

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2021-01-13T14:51:16+01:0012 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser