fbpx

(MYSTÈRE) Le secret des chapeaux des moaï de l’île de Pâques résolu ?

1er décembre 2020 — Les scientifiques ont peut-être découvert comment les aborigènes de l’île de Pâques ont pu mettre des chapeaux en pierre sur la tête des statues moai. Les Moaï sont des statues monolithiques en pierre de l’île de Pâques dans l’océan Pacifique. Il y en a plus de 900, et on pense qu’elles ont été créées par les Rapa Nui entre 1250 et 1500. Il y a toujours de nombreux mystères autour de la construction de ces géants de pierre, mais on a peut être résolu celui de savoir comment il avait pu coiffer certaines statues de lourds chapeaux de pierre. Comment ont-ils réussi à placer des chapeaux appelés pukao, mesurant environ deux mètres et pesant environ 12 tonnes, sur des statues de 10 mètres de haut ? Les aborigènes les auraient fabriqués à partir de la pierre ponce en basalte, issue du volcan Puna Pao. Des scientifiques de l’Université de Binghamton aux États-Unis, co-auteurs de la nouvelle étude, pensent avoir trouvé la solution. Ils l’ont publiée dans le Journal of Archaeological Science. « Notre travail combine des technologies avancées de modélisation 3D, l’analyse des artefacts et des modèles physiques. » A expliqué Carl Lipo, un des chercheurs de l’étude.

(Crédits Sean Hixon)

UN CASSE-TÊTE CHINOIS

Pendant des décennies, les archéologues ont tenté de résoudre ce mystère, ils ont d’abord crus que les chapeaux avaient pu être attachés aux têtes avant que les statues ne soient érigées. Mais après avoir étudié les restes de statues brisées et abandonnées, ils en ont déduit que les aborigènes plaçaient les pukao sur les statues qui étaient déjà debout. On sait maintenant que les Rapanui ont utilisé ce qui est connu aujourd’hui sous le nom de  sauvetage du parbuckle. Une technique qui a l’origine a été utilisée pour soulever des barils, et aussi pour renflouer des navires comme par exemple, le paquebot « Costa Concordia ». Les chercheurs ont estimé que les aborigènes auraient utilisé une méthode similaire pour réussir à placer ces lourds chapeaux sur les têtes des moaï. Cette technique bien rodée consistait à envelopper le cylindre avec une corde en le faisant rouler le long d’une rampe. Il ne fallait probablement qu’environ 10 à 15 personnes pour accomplir une telle tâche. Une fois le cylindre placé sur la tête de la statue, il était positionné correctement. Certes, avec le temps – en raison des conditions météorologiques, de l’érosion, etc. – de nombreux pukaos ?  sont retombés sur  sol. C’est pour cela que ces statues sont les plus rares. Pour en savoir plus sur ces mystérieuses statues moai, vous pouvez écouter en replay « Les secrets stellaires de l’île de Pâques » avec  le physicien Patrick Drouot ou « Artéfacts & Découvertes archéologiques »  avec Patrice Marty et Gérard Grenet : Carte postale de l’île de Pâques. (réservé aux abonnés). François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-03T11:55:28+01:001 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser