24 juin 2022 – La tache solaire AR3038 a doublé de taille du 19 au 20 juin, au soir. Elle fait désormais 2,5 fois celle de la Terre, soit 31 900 kilomètres de diamètre, selon Spaceweather.com. Ce site internet suit l’activité du Soleil, les tempêtes géomagnétiques ainsi que d’autres événements météorologiques cosmiques.

« Hier, la tache solaire AR3038 était grande. Aujourd’hui, elle est énorme. La tache solaire à croissance rapide a doublé de taille en seulement 24 heures », a rapporté Spaceweather.com. « AR3038 a un champ magnétique bêta-gamma instable qui abrite de l’énergie pour les éruptions solaires de classe M (ndlr : de taille moyenne), et il fait directement face à la Terre ».

TACHE SOLAIRE

Les astronomes ont compris depuis 1775 que le Soleil entrait dans différentes phases d’activité avec un cycle de plus ou moins 11 ans. Dernièrement, notre étoile hôte se trouve dans une phase assez active, d’ailleurs plus que prévu. Les taches solaires sont deux fois plus nombreuses que ce qu’avait prévu la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Le Soleil devrait atteindre son maximum d’activité en 2025, avant de redescendre progressivement. Les taches apparaissent à la surface de l’astre. Elles sont créées par le flux de charges électrique du plasma solaire, qui lui-même forme un puissant champ magnétique qui se brise soudainement. L’éclat relâche une quantité d’énergie que l’on appelle éruption solaire. Ces jets explosifs de matière solaire sont des éjections de masse coronale (CME).

Lorsqu’une éruption solaire se heurte au champ magnétique de la Terre, c’est ce qui crée les aurores boréales. En fonction de la puissance, cela peut également entrainer des coupures d’électricité, classées de R1 à R5.

LE SOLEIL SOUS SURVEILLANCE

Les scientifiques sont prudents avec la nouvelle phase de notre étoile. En effet, en 1989, une tempête solaire avait plongé le Québec dans le noir en provoquant une panne d’électricité. Cette année, ce sont les régions de l’océan Atlantique, de l’Australie et de l’Asie qui ont été privées de courant électrique.

Il faut savoir que les éruptions solaires ne prennent que huit minutes pour atteindre la Terre, car elles se déplacent à la même vitesse que la lumière. Mais les scientifiques ont tenu à nous rassurer sur cette tâche. Elle se trouve au nord de l’équateur du Soleil, il ne faudra donc attendre que quelques jours avant que la Terre sorte de sa ligne de mire.

De plus, les éruptions solaires qui pourraient en sortir ne devraient pas dépasser la classe M. C’est-à-dire qu’elles ne devraient provoquer que de « brèves pannes de radio qui affectent les régions polaires de la Terre » a précisé l’Agence spatiale européenne dans un article de blog.

Noémie Perrin (rédaction btlv.fr Source Live Science)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV